jtemplate.ru - free extensions for joomla

Ukraine - strangulation financière

mardi, 12 aout 2014 16:38
Evaluez cet article
(0 vote)

Ray Y. Adamson

La monnaie nationale ukrainienne, la hryvnia, a chuté cette semaine plus vite qu'une brassière de FEMEN.

 

 

 

 

Graphique une semaine -  perte de 12% en deux jours:

 

Graphique sur un an - dévaluation de 37%: 

 

Hier, 11 août 2014, la Banque centrale ukrainienne a publié ce communiqué à l'effet qu'elle multipliait les interventions sur le marché pour stabiliser sa devise, car il n'y avait aucune raison macroéconomique justifiant les fluctuations importantes de sa monnaie. La Banque a littéralement blâmé les "acteurs du marché", façon polie de désigner les intérêts financiers apatrides. La dévaluation n'a pas suffi à l'appétit de ces "acteurs" car la hryvnia continuait sa chute aujourd'hui, le 12 aout 2014.

« Là où se trouve l'armée, les prix sont élevés; lorsque les prix augmentent, la richesse du peuple est épuisée ». Ces mots clairvoyants ont été prononcés il y a cinq mille ans. La sagesse de Sun-Tzu se révèle une fois de plus, mais le grand général avait-il prévu le rôle des banquiers internationaux?

L'inflation étant catapultée à douze pourcent, la Banque centrale ukrainienne a décidé le mois dernier de faire monter son taux d'intérêt à 12,5%. Cette semaine, la Banque Mondiale octroie un nouveau prêt de 500 millions de dollars visant "à renforcer la stabilité, l’efficience et la résilience" des banques ukrainiennes. Ce prêt est le dernier de douze opérations financières en cours entre la Banque mondiale et l'Ukraine, pour un total de 4,19 milliards de dollars. Printemps 2014, le Fonds monétaire international approuvait lui aussi un prêt de 17.01 milliards de dollars avec décaissement immédiat de 3.19 milliards en faveur de l'Ukraine. Le communiqué du FMI à cet effet mérite d'être lu car il est prophétique: l'inflation est prévue augmenter jusqu'à 16% d'ici la fin de 2014. Avec quelques petits coups de pouce de la Banque centrale ukrainienne ils devraient y arriver. Troisième prêteur - la Banque européenne d'investissement, celle fondée par Jacques Attali (démissionnaire) a ajouté un prêt de 74 millions de dollars (55 millions d'euros) pour un total de 2.8 milliards de dollars (2.1 milliards d'euros) de prêts en cours. Quatre autre milliards de dollars sont prévus d'ici 2016 pour cette banque.

Des lois ont récemment été modifiées afin de donner de la flexibilité au système bancaire ukrainien. Notamment, à partir du 19 août 2014, les banques commerciales n'auront plus l'obligation de maintenir des réserves au sein de la Banque nationale de l'Ukraine. C'est une décision curieuse alors que plusieurs accords internationaux tel que les accords de Bâle visent à augmenter les réserves des banques. Les mauvaises langues diront peut-être que c'est pour satisfaire Christine Lagarde et ses amis banquiers après les 29 milliards de dollars de prêts et promesses.

Conséquence de l'effondrement de la monnaie ukrainienne, les prix à la consommation se sont envolés dans le pays. Alors que certains s'enrichissent sur la fausse monnaie qui sert à endetter l'Ukraine, le peuple, lui, souffre d'une perte réelle de son pouvoir d'achat. À cela s'ajoute l'ingérence des faux amis comme Soros qui admet financer les insurrections en Ukraine depuis longtemps, les sanctions économiques entre l'Europe et la Russie et la guerre civile au Donbass. Les Ukrainiens ont assez de problèmes comme ça, ils n'ont pas besoin d'être étouffés par les banques !

Crédit image: Mike Deschamps

NB: toute dénomination en dollars est en dollars états-uniens

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les derniers dossiers à lire...