jtemplate.ru - free extensions for joomla

Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 2)

mercredi, 28 mars 2018 11:15
Evaluez cet article
(2 vote)

Victor Rumilly

Jacques Maritain, penseur le plus influent du Canada français avant la Révolution Tranquille ?

Emmanuel Mounier (fondateur du personalisme), Lionel Groulx, André Laurendeau et Pierre Elliot-Trudeausont quatre des élèves du philosophe français Jacques Maritain. Ce dernier, protestant converti au catholicisme en 1905 très peu de temps après avoir marié une juive ukrainienne (ça ne s'invente pas), participa, par la suite,en tant que directeur de la rublique philosophie, à la revue universelle, en compagnie de l'historien par excellence de l'Action française Jacques Bainville. Maritain prendra ses distances de l'Action française au même moment que Groulx, c'est-à-dire, suite à la condamnation de l'Action française par le Saint-siège.

Puisqu'il fut la figure de proue du renouveau thomiste nord-américain qui préfigura l'éclosion du personnalisme, il est essentiel de raconter un peu l'incroyable vie de ce qui apparaît être l'un des penseurs les plus influent du Québec d'aujourd'hui, c'est-à-dire, Jacques Maritain.

D'où vient Jacques Maritain ?

Dans la famille Maritain, le protestantisme est la religion de la mère et le catholicisme la religion du père. Le père et la mère de Jacques Maritain se sont séparés quelques temps après sa naissance. Vivant avec sa mère,il reçut une éducation protestante fondée sur un culte humaniste du savoir. Sa mère est la fille de Jules Favre, un des fondateurs de la IIIe République, un anticlérical farouche.

La rencontre entre Jacques Maritain et sa femme est surprenante. Alors qu'ils se courtisaient et que tout de  la vie leur apparaissait absurde, ils songèrent au suicide. Un suicide de bourgeois, si vous voulez mon avis, c'est-à-dire avec plus de mise en scène et de romantisme que d'initiative.

Demande en mariage

« En avance d'un an, Raïssa se présente à l'examen avec un dispense d'âge. Ce jour-là, la futur bachelière Raïssa, est moins étonnée de son succès que d'une demande en mariage de son professeur Jacques Maritain... » Ironique qu'avec le fameux projet de loi encadrant les rapports intimes entre les enseignants et les étudiants du gouvernement québécois, l'un des intellectuels français qui a pesé le plus sur la pensée canadienne-française de son temps, serait considéré comme un vilain hors-la-loi.

Le Nouvel Ordre mondiale de Jacques Maritain

Jean Luc Barré écrit, dans sa biographie de Jacques et Raïssa Maritain : « Toute sa vie désormais Raïssa fera corps avec une identité juive enracinée au plus profond d'elle-même .» Jacques Maritain se disait « juif par amour, lié dans sa chair et sa sensibilité aux tribus d'Israël et à leur destinée ici-bas. »

Si j'associe le Nouvel Ordre mondial au judaisme c'est en référence à ce que Pierre Hillard a dit (3) , «dans la religion universelle (celle du Nouvel ordre mondiale) et dans l'objectif de la synagogue, il faut impérativement détruire le prêtre […] Le prêtre éliminé, l'unique sacerdoce sera le peuple juif, peuple de prêtre.»

Dans une lettre à Ernest Psichari, le 26 septembre 1899, Maritain se dit « prêt à tout souffrir – même les plus rudes mises à la porte – pour la noble cause de l'innocent et du Supplicité ». Partout il se heurte à ce qu'il appelle « le mal clérical » où il voit « le repos du néant », un sommeil des consciences. Pour établir la Religion nouvelle, pour supprimer ce qu'il y a de mauvais dans le catholicisme, pour détruire le pape, il faudra attaquer, détruire tout le catholicisme (avec ce qu'il y a de bien et ce qu'il y a de mal), il faudra abattre les vieilles Églises et blesser le coeur de la vieille femme croyante... ». Il semble qu'à cette époque le cléricalisme catholique rende compliquée l'adaptation à la modernité à des gens pourtant de bonne foi. Les voix originales apparaissent paralysées. Maritain et d'autres donnent l'impression de se buter aux scribes et pharisiens des évangiles ausein des institutions catholiques. Mais voilà quand même une déclaration de guerre au Saint-siège et à l'ordre temporel du monde.

Au moment de ces paroles, Maritain n'est pas encore sympathisant de l'Action Francaise ni même catholique. Jean-Luc Barré perçoit le détour de Maritain par l'Action-française comme une anomalie deparcours. Jusqu'alors Jaurès, Dreyfus et les opposants au tsarisme en Russie comptaient parmi les gens pour lesquels il avait milité. Comment pouvait-il ainsi se joindre à « l'antisémite » et monarchiste Action-française, en plus de s'associer à l'athée favorable au cléricalisme qu'était Charles Maurras, autrement dit, à tout ce qui était
contraire aux positions politiques pour lesquelles il militait précédement ?

La réponse est bien simple. Maritain, en compagnie de Léon Bloy ou de Charles Péguy (deux auteurs très connus de son temps qu'il fréquentait allégrement) étaient des poètes chrétiens. La beauté et la franchise de leur prose n'avaient d'égales que leur méconnaissance de la politique. Les affrontements partisans les laissaient indifférents. Ces gens cherchaient à connaître les humains. Ce sont d'ailleurs des chrétiens anti-cléricaux. En matière politique, Maritain a l'humilité d'être assez influençable par ceux qui s'y connaissent. Le Révérend père Humbert Clarrisac, le directeur spirituel du couple Maritain, était en effet un monarchiste convaincu. En chrétiens conséquents, Jacques et Raïssa Maritain lui ont obéi. Mort en 1914, Clérissac aura eu tout juste le temps de son vivant de les convertir, si on peut s'exprimer ainsi, à l'Action-française.

Plus tard, après la Seconde Guerre Mondiale, écrit Jean-Luc Barré, « La sauvegarde de la paix en Europe et dans le monde exige plus que jamais, pour Jacques Maritain, qu'à « la prétendue souveraineté de l'État » se substitue une « Société politique mondiale ». Maritain est-il mondialiste ? Il l'est par procuration. Il fait le même constat que Groulx, en 1949, faisait dans son recueil rassemblant des essais parus dans l'Action nationale nommé « L'indépendance du Canada » : à savoir que les États, sauf les trois grandes puissances du moment,et encore!, ne sont pratiquement plus indépendants. Maritain défend la « société politique mondiale », parce qu'il se refuse à se draper dans l'hypocrisie et à prétendre que l'indépendance d'un état national soit possible àcourt ou moyen terme, alors que très peu d'état ne sont véritablement indépendants.

Ce n'est pas évident aujourd'hui, mais pour comprendre le raisonnement de Maritain il faut se placer dans la peau de gens théocentriques (Dieu comme centre du monde). Une France ou un Québec indépendant mais anthropocentrique est d'abord totalement impossible de leur point de vue parce que l'Indépendance requiert une transcendance et, ensuite, n'a pas beaucoup d'intérêt parce que nihiliste et donc mortifère pour le peuple quicompose le pays. Croire en Dieu, pour ces gens, c'est comme croire en la vie. Si on ne croit pas en la vie, àquoi bon l'indépendance ?


Barré, Jean-Luc Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du ciel, 2012, Perrin, collection tempus, P 648.
(3) https://www.egaliteetreconciliation.fr/Entretien-avec-Pierre-Hillard-26243.html (9 m 24)

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.