jtemplate.ru - free extensions for joomla

25.01.2017 - Les défenseurs de la dignité des femmes à la #Womensmarch

mardi, 24 janvier 2017 22:39
Evaluez cet article
(0 vote)

Mike Deschamps

Dans un monde intellectuellement castré, il n’est plus étonnant de voir des icônes du Capital prendre l’initiative de défendre la dignité des femmes. Manipulation et hypocrisie étaient à l’ordre du jour. Le 21 janvier dernier, des femmes se sont réunies à Washington pour manifester contre Donald Trump.


Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux. – Guy Debord – La Société du Spectacle

En prenant un peu de hauteur, qui peut encore croire que la “Womens March” est légitime ? Certes, des femmes peuvent se sentir insultées par des propos sexistes tenus par Trump mais à ce moment-là comment une femme se sent quand elle est représentée par Madonna, Miley Cyrus, Lady Gaga ou Beyonce ? Quatre icônes de la Women March, quatre icônes du marché de désir. Issues de la société du spectacle, elles traduisent une forme de “capitalisme de la séduction”.


 

L’aliénation du spectateur au profit de l’objet contemplé s’exprime ainsi : plus il contemple, moins il vit ; plus il accepte de se reconnaître dans les images dominantes du besoin, moins il comprend sa propre existence et son propre désir… C’est pourquoi le spectateur ne se sent chez lui nulle part, car le spectacle est partout. - Guy Debord – La Société du Spectacle.

L’incohérence est totale, ces femmes se plaignent des propos jugés sexistes de Donald Trump mais ne sont pas gênées par la présence et la prestation d’icônes sexualisées sur les lieux de la manifestation. Le rôle de ces icônes sexuelles est en faite de divertir ces manifestantes. Dans la société du spectacle, elles sont devenues des idoles quasi-religieuses qui ont obtenu la confiance aveugle des autres femmes.

Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. Non seulement le rapport à la marchandise est visible, mais on ne voit plus que lui : le monde que l’on voit est son propre monde. La production économique moderne étend sa dictature extensivement et intensivement. - Guy Debord – La Société du Spectacle.

La dictature de la production économique ici est représentée par George Soros qui lutte contre tous les obstacles naturels au Capital. Parmi les «partenaires» officiels de la “Women March” se trouvent des ONG (1) qui ont toutes reçu des dons de George Soros. Nul besoin de faire un dessin, ces “artistes” sont là pour légitimer un combat qui se livre au bénéfice du Capital avant tout. L’instinct féminin fera le reste : d’autres manifestations guidées par des émotions, ont été menées à travers le monde occidental. On peut se le demander : la prochaine étape consistera-t-elle à inviter des actrices de films pornographiques pour défendre la dignité des femmes ? Une stratégie qui pourra peut-être prendre forme dans les bureaux de l' « open society ».

Petite observation personnelle, il faut quand même rappeler que les femmes (42%) ont voté Trump, même si on connaît le personnage au Bonnet ... Tout comme il ne faut pas tomber dans le piège racialiste au détriment de la question sociale lorsqu'on fait une analyse (vote d'un bon nombre de Noirs et de Latinos pour Trump), il faut éviter de trop verser dans le sociétal.

 

(1) https://francais.rt.com/economie/32869-womens-march-milliardaire-george-soros-liens-financement

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

RDP LBDP par thème

  •