jtemplate.ru - free extensions for joomla

17.11.2015 - La France catholique de Jean Sévillia vu du Québec

Extraits d’une recension de Mathieu Bock-Côté, docteur en sociologie et chargé de cours aux HÉC Montréal, sur le dernier ouvrage de Jean Sévillia « La France catholique » :

[...]

Jean Sévillia ne s’est pas seulement intéressé aux catholiques en France, mais à la France catholique. C’est-à-dire que son enquête portait non seulement sur une religion parmi d’autres, mais sur une religion qui, à bien des égards, a fait la France, ou du moins, a contribué à la faire. Ne dit-on pas de la France qu’elle fut, bien avant d’être le pays phare de la laïcité, la fille aînée de l’Église ? Faire l’histoire de la France catholique, c’est chercher à comprendre les racines de l’identité française, même si elles ne sont évidemment pas les seules. D’une certaine manière, à travers le catholicisme, on se rapproche de ses origines les plus intimes. Certains verront là un propos audacieux. En d’autres temps, on y aurait vu une évidence. Il y a quelques décennies, une telle sociologie aurait donné beaucoup de place à l’aile « progressiste » de l’Église en France. Elle était hégémonique. Jean Sévillia note une chose : nous assistons probablement aujourd’hui à la fin de l’aventure historique des cathos de gauche, qui voulurent, dans la deuxième moitié du vingtième siècle, transvaser à peu près complètement le catholicisme du spirituel vers le social, comme s’il devait moins se préoccuper de la vie intérieure et de l’aspiration spirituelle de chaque homme que de l’établissement du paradis sur terre, qui était la plupart du temps une manière ou une autre de se rallier au socialisme dominant auquel il voulait donner un supplément d’âme. Aujourd’hui, le christianisme de gauche est en lambeaux.

C’est l’étrange histoire de la deuxième moitié du vingtième siècle. Les catholiques ont cru alors devoir se faire discrets pour gagner les âmes. C’était ce qu’on a appelé la pédagogie de l’enfouissement. Il s’agissait de transformer la société souterrainement sans brandir aucunement l’étendard de l’Église. Pour aller à la rencontre du monde, les catholiques devaient neutraliser ce qu’ils avaient en propre. Il fallait s’accorder avec l’époque, lui donner des gages, en quelque sorte, pour purifier l’Église et lui donner un nouveau souffle. Mais ce qui devait permettre sa renaissance a contribué à son délitement. On a cherché à déculturer le catholicisme, en croyant alors le délivrer d’une tradition qui, apparemment, l’étouffait.

En fait, on s’est livré à un saccage liturgique qui a détourné bien des fidèles de leur Église. Jean Sévillia le note, c’est à un mouvement inverse qu’on assiste aujourd’hui avec la renaissance d’un catholicisme d’abord centré sur la vie intérieure et la quête spirituelle. Car il est d’abord et avant tout centré sur la quête des fins dernières. C’est ainsi que les catholiques des nouvelles générations redécouvrent non seulement la prière, mais réapprennent à prier. On a cru que l’homme pouvait s’aventurer sans repères dans la quête de l’absolu en se fiant simplement à ses bonnes intuitions. Il risquait pourtant de s’y perdre comme on l’a vu avec la prolifération des sectes. On parle aujourd’hui du vide spirituel occidental. On doit ajouter que le commun des mortels cherche à y répondre en se jetant confusément dans le nouvel-âge ou l’exotisme oriental. D’autres se tournent vers un Islam ne doutant manifestement pas de lui-même.

C’est pourtant essentiellement à travers le catholicisme que la France s’est posée, au fil du temps, les grandes questions spirituelles et qu’elle a civilisé son rapport à l’absolu, qu’elle a appréhendé ce dernier. C’est d’ailleurs la vertu des grandes religions. L’homme n’accède pas au monde en se détournant de sa culture, mais en l’assumant. Plus il est enraciné et plus il risque de rencontrer la part sacrée de sa culture. On comprend aussi l’importance accordée par Sévillia à l’éducation catholique : la foi n’est pas séparable de la raison, et la doctrine, pour qui veut véritablement cheminer dans l’Église, n’est pas sans importance. Le travail d’évangélisation en est aussi un d’enseignement. Et la France, à sa manière, est redevenue terre de mission.

 

Lire la suite sur Pour une école libre au Québec

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

RDP par thème

  •