jtemplate.ru - free extensions for joomla

21.07.2018 - En Australie, on encourage les professeurs à montrer des films LGBT aux élèves au nom de la « diversité »

La Fédération des enseignants de la Nouvelle Galles du Sud en Australie vient de faire une recommandation qui suscite déjà la polémique : les professeurs sont encouragés à montrer des films LGBTIQ en classe à leurs élèves afin de promouvoir la « diversité » à l’école. Elle a publié une liste de films « approuvés » par ses soins qui lui paraissent « convenir à l’étude en classe ».
 
Si les œuvres en question ne font pas, pour le moment, l’objet d’un visionnage obligatoire dans le cadre des programmes officiels de la Nouvelle Galles du Sud, la fédération d’enseignants, la New South Wales Teachers Association insiste lourdement sur les bénéfices qu’elle attend de leur utilisation dans les écoles secondaires de la région. But affiché : apprendre aux élèves à « échanger et à collaborer avec un groupe divers ».
 
Plus exactement, cette opération de manipulation psychologique vise à normaliser l’ensemble des attirances et des comportements sexuels par des techniques d’enseignement d’autorité et de dynamique de groupe imposées à des adolescents au moment précis où la crise de cet âge peut susciter des questionnements sur l’identité de chacun.
 

Les professeurs de la Nouvelle Galles du Sud proposent de projeter des films LGBT dans le secondaire

 
Parmi les films recommandés figure Love, Simon, un « teen movie » visant particulièrement les jeunes sur le thème du « coming out » homosexuel à l’adolescence : film léger de l’été tendance 2018. Il y a quelques dizaines d’années, on suivait les déboires des lycéens entre baby-sittings, examens de fin d’année et premier baiser ; aujourd’hui, le clou du spectacle est fourni par une scène de simulation d’acte sexuel par deux jeunes hommes sur une table à la cafétéria de l’école. C’est un film classé « M » (mature) en Australie.
 
Autre film dont les professeurs australiens pensent qu’il aide les jeunes à mieux accepter « l’autre » : The Perks of Being a Wallflower (en français : Le monde de Charlie). S’il a été classé tous publics en France – mais dans le cadre d’une évaluation habituellement laxiste – le Conseil pour les enfants et les médias australien a jugé utile de mettre en garde contre des scènes d’utilisation de drogues, d’agressions sexuelles à l’encontre d’enfants et de tentative de suicide, outre les fréquentes allusions à caractère sexuel que contient ce film réservé à un public « mature ».
 
Pour être complets, les professeurs recommandent également le visionnage de Gayby Baby, un documentaire australien de 2015 sur les « parents de même sexe », qui figurent déjà dans la liste des films recommandés dans le Victoria. Et encore The Danish Girl, un biopic qui retrace l’histoire de Lili Elbe, l’artiste danois des années 1920 connu pour être la première personne à avoir changé de sexe pour devenir une « femme ».

Lire la suite sur reinformation.tv

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les dernières actualités...

RDP par thème

  •