jtemplate.ru - free extensions for joomla

24.05.2018 - OGM: les Québécois plus inquiets que les autres au Canada

Une nouvelle étude le confirme : les Canadiens sont largement favorables à l'étiquetage des aliments qui contiennent des organismes génétiquement modifiés, mais c'est au Québec que les consommateurs sont le plus inquiets face au génie génétique dans l'assiette. Détails.

OÙ SONT-ILS ?

On en parle beaucoup, mais les gens se demandent où se trouvent finalement ces fameux organismes génétiquement modifiés (OGM).

« Il y a un vide du côté des connaissances du génie génétique dans notre assiette », dit Sylvain Charlebois, doyen de la faculté de management de l'Université de Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. Il est le premier auteur de l'étude qui sera dévoilée ce matin d'après un sondage mené au début du mois auprès de 1046 Canadiens.

Plus de la moitié des répondants ne savent pas s'ils ont acheté un aliment génétiquement modifié, qu'il s'agisse d'un produit d'origine animale ou végétale. 

Par ailleurs, 45 % des participants croient que les connaissances quant aux effets des aliments génétiquement modifiés sur notre santé ne sont ni claires ni suffisantes. 

« On a des récoltes génétiquement modifiées depuis 24 ans. Là, avec le saumon qui arrive, on fait encore les mêmes erreurs. On n'offre pas aux consommateurs la possibilité d'apprivoiser le génie génétique. » - Sylvain Charlebois, doyen de la faculté de management de l'Université de Dalhousie, en Nouvelle-Écosse.

 

48 %

Le Québec est de loin la province où l'on craint le plus les OGM dans l'alimentation puisque 48 % des répondants au sondage les perçoivent comme étant dangereux. C'est nettement au-dessus de la moyenne nationale, qui est de 35 %. À noter : 28 % des Canadiens jugent les OGM de façon « neutre », donc ne les croient ni sûrs ni dangereux. 

POUR L'ÉTIQUETAGE OBLIGATOIRE

Oui, les Canadiens veulent savoir s'il y a des OGM dans les produits qu'ils achètent. Plus de 60 % des répondants croient que des mesures volontaires ne sont pas suffisantes et 89 % croient que tous les aliments qui contiennent des OGM devraient l'indiquer. 

Rien pour étonner Thibault Rehn, du groupe québécois Vigilance OGM. « Il faut le rappeler si on veut que les politiciens entendent », estime M. Rehn, qui croit encore que l'étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM doit non seulement être fait, mais être fait de la bonne façon.

Les États-Unis travaillent sur un projet d'étiquetage, explique-t-il. Les logos proposés présentent le mot « bioengineered » joliment représenté par l'abréviation BE. Les logos à l'étude envoient une image positive, l'un d'eux étant carrément un bonhomme sourire. « C'est ridicule », dit Thibault Rehn, qui espère que le Canada ne suivra pas cet exemple.

Lire la suite sur lapresse.ca

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les dernières actualités...

RDP par thème

  •