jtemplate.ru - free extensions for joomla

12.10.2017 - France : Médecins et infirmiers pourront-ils bientôt dénoncer leurs patients soupçonnés de radicalisation ?

Une nouvelle proposition de loi visant à modifier le secret professionnel des personnels médicaux, sociaux ou éducatifs pour signaler les individus suspectés de radicalisation : un encouragement à la délation ou un outil pour sauver des vies ?

«Aujourd'hui, nous payons le déni du réel», lit-on dans la présentation d'une nouvelle proposition de loi à vocation anti-terroriste déposée par 17 députés Les Républicains (LR) et enregistrée à la présidence de l’Assemblée nationale, le 3 octobre 2017.

Pour s'adapter aux évolutions liées à la radicalisation de certaines personnes, cette proposition demande l’adaptation du secret professionnel dont peuvent se prémunir les assistants des services sociaux, les infirmiers, les puériculteurs, les sages-femmes, les médecins, les psychologues, les éducateurs de la petite enfance ou les conseillers en économie sociale et familiale, afin de ne pas répondre aux questions des autorités.

A l'origine, le secret professionnel a pour vocation de «protéger l’intimité des personnes, instaurer et maintenir la confiance avec le patient». Mais, les auteurs de cette proposition de loi, affirment : «Aujourd'hui, les récentes attaques terroristes nous poussent à nous interroger sur leur prévention et leur détection en amont.»

Lire la suite sur rt.com

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

RDP par thème

  •