jtemplate.ru - free extensions for joomla

Un père empêché d'amener son fils à l'église parce que son ex-femme est musulmane

samedi, 28 mai 2016 10:18
Evaluez cet article
(1 Vote)

Traduction par Le Bonnet des Patriotes

Un père britannique a été empêché d'amener son fils de neuf ans à l'église, du fait que son ex-femme est musulmane. La décision stipule qu'il doit également nourrir le garçon avec de la nourriture halal et s'assurer qu'il soit un garçon musulman ordinaire.

Le père a été menacé de perdre la garde s'il ne respectait pas l'interdiction - mais il a promis de contester la décision, en disant que son fils est victime d'un lavage de cerveau islamiste et qu'il ne veut pas qu'il devienne un «mouton muet».

Le père, qui ne peut être nommé pour des raisons juridiques, a été élevé comme un musulman par ses parents immigrés pakistanais stricts, mais il a rejeté cette foi, et affirmé que lui et sa femme menaient un «mode de vie occidental » alors qu'ils étaient mariés.

Après son divorce, il a tissé des liens étroits avec sa communauté chrétienne locale et souhaite que son fils soit présent avec lui, dans l'espoir d'élargir sa vision du monde. Mais son ex-femme a obtenu une ordonnance du tribunal de la part du juge Williscroft à la Cour du comté de Derby, l'empêchant d'amener son fils à l'église ou même au centre de loisirs dirigé par l'église.

« Après mon divorce, la communauté chrétienne m'a accueilli, » dit le père. « Ils gèrent de nombreuses activités dont mon fils jouit, et donc je vais à l'église et je voudrais y amener mon fils. On m'a enseigné que les chrétiens étaient sans cœur et immoraux, que seuls les musulmans avaient une foi pacifique et que tous les autres étaient mauvais. Ce ne fut que lorsque je commençai à me mélanger avec les chrétiens que j'appris que cela était un non-sens ".

Mais son ex-femme a insisté sur le fait que leur fils pourrait « devenir confus » s’il était exposé à des religions autres que l'islam - une idée que le père de l'enfant rejette.

Il a déclaré au Mail : « Ce juge a tout simplement peur d'être traité d'islamophobe. Je veux que mon fils ait une vie équilibrée dans laquelle il est exposé à différentes confessions et peut se faire sa propre idée sur ce qui, le cas échéant, serait sa future religion. Mon fils est endoctriné et la seule façon dont je peux lui montrer d'autres choses est de l'amener dans d'autres endroits. »

Et l'ordre va plus loin : interdire au père du garçon, qui a la garde de son fils seulement aux fins de semaine, de l'amener à tout événement religieux ou édifice chrétien. Il doit seulement nourrir le garçon avec de la nourriture halal, et, bizarrement, doit s'assurer que l'enfant soit «un garçon musulman ordinaire qui suit les règles musulmanes ». Le père a formé un recours devant la Haute Cour pour annuler cette ordre.

« Si je ne lui montre pas d'autres types de vie, il deviendra comme une brebis muette, » dit-il. « Je veux qu'il voie et qu'il apprenne sur les différentes cultures. »

Il a affirmé que la décision affectait sa relation avec son fils: « Ceci n'est rien de moins que du lavage de cerveau. Déjà, il me dit que j'ai un cœur noir; que je suis un mauvais homme, parce que je ne suis pas un musulman pratiquant. Je suis navré d'être contraint à le tenir à l'écart des activités avec les enfants locaux.

Il est alimenté par les mêmes mensonges que j'entendais quand j'étais enfant, et je veux une meilleure vie pour lui. Cette juge était tellement occupée à être politiquement correct, qu'elle n'a pas tenu compte de mon influence en tant que père aimant. Je suis terrifié à l'idée qu'il cesse de vouloir me voir à cause de son endoctrinement . »

Des groupes chrétiens ont condamné l'ordre, en affirmant que c'était encore un autre exemple de la déférence institutionnelle devant l'islam, et de préjugé contre le christianisme.

La décision était « une soumission à l'islam », a déclaré Andrea Williams, avocate du Centre juridique chrétien et membre du Synode général de l'Église d'Angleterre.

« Ceci est une forme d'intimidation judiciaire », a-t-elle ajouté. « L'épouse utilise la loi pour contraindre et faire taire le droit d'un père de déterminer l'expérience religieuse de son fils. Cela cadre généralement avec ce que nous voyons : le système judiciaire agissant comme s'il avait peur de bouleverser l'islam, montrant ainsi une volonté de supprimer la foi chrétienne et de punir ceux qui la pratiquent.

« Ce ne serait pas arrivé dans l'autre sens. Si un parent chrétien essayait de refuser l'accès d'un enfant à une mosquée, il y aurait un tollé et des accusations d'islamophobie. »

Simon Calvert de l'Institut Chrétien était d'accord : « Ce n'est pas la première fois que j'ai entendu parler de procédures où l'autorité avait tenté d'empêcher un enfant d'être exposé à la foi chrétienne.

« On doit se demander si les tribunaux auraient fait la même chose avec toute autre foi. Il y a un sentiment général que le christianisme est une cible facile car il y a rarement une réaction du public. Je pense que le fait que le père soit lui-même de culture musulmane montre qu'il n'y avait pas besoin d'une telle sensibilité excessive. »

Source : breitbart.com

2 commentaires

  • Lien Commentaire Andrée mardi, 31 mai 2016 10:24 publie par Andrée

    Un mot me vient en tête à la lecture de cet article: christianophobie....vas-y, vomi..... Très bon article sur ce qui se passe en Angleterre de nos jours.... Islam veut dire soumission et non paix et tolérance....cet article en est un exemple flagrant. Un choix de religion doit être un choix librement consenti...sans ça, où est le libre choix ? (libre arbitre)..... Merci à l'équipe de LBDP.

  • Lien Commentaire Ray Y. Adamson samedi, 28 mai 2016 19:18 publie par Ray Y. Adamson

    Si c‘était un endroit de débauche, je comprendrais. Mais une église! Pourquoi la justice empeche-t-elle un homme d‘éduquer son fils?

Commentez avec Facebook

Traductions par thème

  •