jtemplate.ru - free extensions for joomla

Des manifestants se retrouvent devant le quartier général de B'nai Brith

mercredi, 12 septembre 2018 10:27
Evaluez cet article
(2 vote)

Traduction par Marionnettiste

C'était la bataille des mégaphones et des haut-parleurs. À l'extérieur du quartier général de B'nai Brith Canada, à Toronto, des manifestants pro et anti-Israël se sont installés sur des côtés opposés de la rue, séparés par une ligne d'agents de police, et pendant deux heures, ont hurlé des slogans et des insultes - chaque camp essayant de dépasser l'autre.

Le rassemblement du 29 août contre la «campagne de diffamation» de B'nai Brith contre le Syndicat des postiers du Canada (STTP) a attiré environ 75 manifestants pro-palestiniens et quelques 200 membres de la communauté juive et d'autres partisans d'Israël.

Le quartier résidentiel normalement calme de North York fut le théâtre d'un après-midi déchirant, puisque les deux camps échangeaient des insultes, chacun accusant l'autre d'être des racistes et des criminels de guerre. La police a continuellement dû empêcher les membres de chaque côté de se promener trop près l'un de l'autre. La colère était palpable.

Le rassemblement a été déclenché lorsque B'nai Brith a allégué que l'Union des travailleurs des services postaux palestiniens (PPSWU), avec laquelle le STTP avait conclu un projet conjoint, avait appuyé le terrorisme et «l'élimination d'Israël».

Les partisans du STTP ont organisé la manifestation avec précipitation, affirmant que B'nai Brith avait diffamé le syndicat et que le groupe de défense des intérêts juifs avait une longue histoire de détracteurs d'Israël. Au début, le STTP a dit que le rassemblement n'était pas sous ses auspices, mais il a dit plus tard qu'il appuyait les protestations et qu'il demandait aux membres de son quartier local de Toronto d'y assister.

Parmi le contingent pro-palestinien figurait un homme qui agitait le drapeau de l'Union des employés de la fonction publique de l'Ontario. À mi-chemin de la protestation, un autobus scolaire est arrivé, transportant des femmes et des filles en foulard.

Ils ont accusé Israël d'être un pays «d'apartheid» et «terroriste» et ont plaidé pour un futur État palestinien «de la rivière à la mer». "»

Du côté pro-israélien, un homme portait une veste arborée avec le logo à double hache de la Garde Nord, un groupe nationaliste et anti-immigrants. De nombreux manifestants pro-israéliens sont sortis à l'ordre de la Ligue de défense juive du Canada et portaient les T-shirts distincts du groupe. Il n'y a pas eu pénurie de drapeaux israéliens et canadiens et de cris de «livrez le courrier !»

Ils ont également accusé les pro-Palestiniens de se tenir sur la propriété privée des propriétaires du quartier juif.

« Ils nous harcèlent dans notre propre communauté. »
James Pasternak

À un moment donné, Meir Weinstein, chef de la LDJ, s'élance de l'autre côté, pour être restreint par les partisans et la police.

B'nai Brith a annulé son programme pour seniors le jour du rassemblement.

Le fait que ces manifestants «se soient rendus ici pour diaboliser Israël dans un centre communautaire juif, au cœur d'un quartier résidentiel juif de Toronto, montrent à quel point ces provocateurs ont déjà franchi la ligne», a souligné l'organisation.

Il a déclaré que plusieurs membres juifs actuels et anciens du STTP ont contacté B'nai Brith ces dernières semaines «pour partager leurs frustrations quant à ce qu'ils qualifient de politiques de et ciblage anti-Israël inacceptables et inappropriés de la part de leur syndicat.»

Dans une déclaration, Noah Shack du Centre pour Israël et les affaires juives a qualifié le rassemblement de « tentative avortée d'intimidation par un groupe de manifestants haineux qui se vantent d'envahir leur quartier. Il est absolument inacceptable que ces tactiques soient utilisées pour semer la discorde entre les communautés de notre ville.»

Les politiciens ont également dénoncé le fait que le groupe anti-israélien a ciblé une partie résidentielle et fortement juive de Toronto.

Michael Levitt, député de York-Centre, a déclaré qu'il était «profondément préoccupé par le fait que la collectivité de Bathurst Manor était ciblée, perturbant le quartier, fermant une importante institution communautaire et annulant les programmes destinés aux aînés et aux survivants de l'Holocauste.»

« Le bâtiment abrite une synagogue, un centre de garderie, un centre de soins de la grossesse et divers autres services communautaires. Ce n'est pas un endroit pour protester
- Roman Baber

Le PPM local, Roman Baber, a dénoncé la «haine et la peur» dans «un petit quartier résidentiel du nord de Toronto.» "B'nai Brith Canada (et son immeuble)… dessert les familles, les aînés et les survivants de l'Holocauste. Le bâtiment abrite une synagogue, un centre de garderie, un centre de soins de la grossesse et divers autres services communautaires. Ce n'est pas un endroit pour protester."

À l'occasion du rassemblement, était présent le conseil municipal James Pasternak. «Ils nous harcèlent dans notre propre communauté», a-t-il dit à la CJN.

En effet, le camp pro-palestinien a terminé le rassemblement avec un député qui disait : «Nous les avons affronté dans leur quartier» et nous promettons que des manifestations auront lieu au même endroit le dernier mercredi de chaque mois d'août.

Source : cjnews.com

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Traductions par thème

  •