jtemplate.ru - free extensions for joomla

Les membres du comité antiracisme de l'Ontario liés des à organisations sionistes racistes

lundi, 28 mai 2018 11:48
Evaluez cet article
(1 Vote)

Traduction par Marionnettiste

L'exclusion des Voix Juives Indépendantes et l'Ordre du peuple juif unifié du comité de la direction antiracisme ont été critiquées à juste titre. Cependant, la décision la plus épouvantable du gouvernement de l'Ontario de nommer des personnes liées à une organisation explicitement raciste a été ignorée.

Il y a deux ans, les libéraux ont présenté un plan intitulé «Une meilleure façon d'aller de l'avant: Plan stratégique de 3 ans contre le racisme en Ontario. Comment nous prenons des mesures proactives pour combattre et prévenir le racisme systémique dans les décisions, les programmes et les services gouvernementaux. Dans le cadre de cette initiative, la Direction antiracisme du gouvernement a mis sur pied l'an dernier quatre sous-comités chargés d'examiner le racisme anti-autochtone, le racisme anti-noir, l'islamophobie et l'antisémitisme.

Un certain nombre de membres du sous-comité sur l'antisémitisme ont des liens personnels ou institutionnels avec le Fonds national juif, qui pratique une forme de discrimination interdite par une décision rendue par la Cour suprême du Canada il y a sept ans.

Un membre du sous-comité, Madi Murariu, est le directeur associé du Centre des affaires israéliennes et juives (CIJA) pour les relations gouvernementales et les affaires publiques de l'Ontario. Le CIJA et JNF Canada travaillent souvent ensemble et parrainent les événements de l'un et l'autre. De plus, le personnel du CIJA collecte des fonds pour l'organisation explicitement raciste et le PDG de JNF Canada, Lance Davis, a auparavant travaillé comme directeur du National Jewish Campus Life du CIJA.

Une autre membre du sous-comité, Karen Mock, préside JSpaceCanada, qui était une «organisation participante» avec JNF Canada lors d'un événement en l'honneur de l'ancien président israélien Shimon Peres. M. Mock a également siégé au conseil d'administration de la Fondation du Centre Peres pour la paix du Canada, qui a recueilli des fonds pour le Centre Peres pour la paix, basé en Israël. En Israël, le Centre Peres a mené une série de projets avec JNF Canada et d'autres branches du groupe raciste.

Zach Potashner représente les Amis du Centre Simon Wiesenthal au sein du sous-comité. L'un de ses directeurs, Tony Comper, était l'invité d'honneur de la soirée de financement 2009 du JNF Negev Dinner de Toronto et Ron Frisch, président du programme Spirit of Hope du Friends of Simon Wiesenthal Centre, a présidé la campagne et le dîner Negev du JNF Toronto.

Brianna Ames, une bénévole du Comité canadien des affaires politiques juives, représente cette organisation au sein du sous-comité. Un fondateur de CJPAC et ancien directeur exécutif, Josh Cooper, a quitté l'organisation pour devenir chef de JNF Toronto en 2009 et par la suite PDG de JNF Canada. Michael Levitt, un autre membre fondateur de CJPAC, était membre du conseil d'administration de JNF Canada.

Andrea Freedman, président de la Fédération juive d'Ottawa, copréside le sous-comité sur l'antisémitisme. L'organisation de Freedman fait régulièrement la promotion des événements de JNF Ottawa et finance le centre où elle est basée (à proximité des bureaux de la Fédération juive d'Ottawa). L'autre coprésident du sous-comité est Bernie Farber. Durant un quart de siècle, l'organisation de Farber au Congrès juif canadien et son personnel ont entretenus beaucoup de liens avec le FNJ.

Je n'ai trouvé aucun appui de la part de Farber, Mock ou du reste des personnes mentionnées ci-dessus pour la campagne de Jewish Voices visant à révoquer le statut caritatif de JNF Canada (ou toute autre critique de l'organisation explicitement raciste). Propriétaire de 13% des terres d'Israël, le FNJ pratique une discrimination contre les citoyens palestiniens d'Israël (Arabes israéliens) qui constituent un cinquième de la population. Selon un rapport de l'ONU, les terres du FNJ sont «affrétées exclusivement au profit des juifs», ce qui conduit à une «forme institutionnalisée de discrimination». Un rapport du département d'État américain de 2012 décrivait la «discrimination institutionnelle et sociale» en Israël "Les lois interdisent la vente ou la location de terres à des non-Juifs."

Indicatrice de sa discrimination contre les Israéliens qui ne sont pas juifs, la balise Twitter du JNF Canada dit qu'elle «est la gardienne de la terre d'Israël, au nom de ses propriétaires - les Juifs partout.» Son organisation mère en Israël - le Keren Kayemet LeYisrael - est encore plus ouvert sur son racisme. Son site web note qu '"une enquête commandée par KKL-JNF révèle que plus de 70% de la population juive en Israël s'oppose à l'attribution de terres KKL-JNF aux non-juifs, alors que plus de 80% préfèrent la définition d'Israël comme Etat juif. plutôt que l'état de tous ses citoyens. "

En 1951, la discrimination fondée sur le JNF a été déclarée illégale dans ce pays. En 1948, Annie Noble a décidé de vendre à Bernie Wolf, qui était juif, un chalet dans le lotissement exclusif de Beach O 'Pines, sur le lac Huron. Pendant la vente, l'avocat de Wolf comprit que l'acte original de la propriété restreignait la vente à «toute personne en tout ou en partie de sang noir, asiatique, coloré ou sémitique». Un tribunal de Toronto et la Cour d'appel de l'Ontario refusèrent d'invalider l'alliance raciste. Mais Noble a poursuivi l'affaire - avec l'aide du Congrès juif canadien - devant la Cour suprême du Canada. Dans l'un des coups les plus importants au racisme légaliste dans ce pays, la Cour suprême a renversé la décision des tribunaux inférieurs et a autorisé Noble à acheter la propriété. Cette décision a abouti à l'abolition des conventions foncières racistes dans ce pays.

Devrions-nous rire ou pleurer devant un sous-comité de la direction de la lutte contre le racisme de l'Ontario dirigé par des personnes ayant des liens avec une organisation pratiquant des politiques discriminatoires d'utilisation des terres interdites dans ce pays il y a sept décennies?

Source : yvesengler.com

Commentaires   

 
0 #1 ML 29-05-2018 20:18
Mais voyons! Ils ont tellement souffert...Les pauvres.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Traductions par thème

  •