jtemplate.ru - free extensions for joomla

Le gouvernement fédéral indemnise discrètement la fille d’une montréalaise victime des expériences de la CIA

mercredi, 08 novembre 2017 11:43
Evaluez cet article
(0 vote)

Traduction par Mike Deschamps

Alison Steel n'avait que 4 ans et demi lorsque la vie de sa mère a changé pour toujours.

En 1957, Jean Steel est admis à l'Institut Allan Memorial de Montréal. La femme de 33 ans, jadis heureuse et énergique, a été diagnostiquée avec une psychose maniaco-dépressive et une pensée délirante.

Dans les mois qui ont suivi, Steel a été victime d'expériences de lavage de cerveau financées par la CIA, menées par le Dr Ewen Cameron. Elle a été maintenue dans un sommeil chimiquement induit pendant des semaines et soumise à des séries d'électrochocs, de drogues expérimentales et de messages enregistrés sur bande joués sans arrêt.

Steel a déclaré que sa mère n'était jamais tout à fait la même chose.

«Elle n'a jamais pu vraiment fonctionner comme un être humain en bonne santé à cause de ce qu'ils lui ont fait.»

Maintenant, 60 ans après les expériences de Cameron qui ont brisé la vie de  sa mère, Alison Steel a finalement gagné un brin de justice pour sa famille.

CBC News a appris que le gouvernement fédéral avait discrètement conclu un accord à l'amiable avec Steel plus tôt cette année, lui payant 100 000 $ en échange de l'abandon de l'action en justice qu'elle avait lancée en septembre 2015.

Bien qu'un accord de non-divulgation empêche Steel de parler du règlement lui-même, l'existence du règlement et le montant ont été inclus dans les plus récents comptes publics déposés par le gouvernement au début du mois.



L'avocat montréalais Alan Stein, qui a négocié l'accord, a déclaré que la décision du gouvernement d'indemniser Steel pourrait donner de l'espoir aux familles des autres patients qui étaient sujets des expériences de Cameron, mais qui se sont d'abord vu refuser l'indemnisation.

«Ils ont encore une possibilité si leurs rapports médicaux établissent clairement qu'ils ont été sensiblement déstabilisés»

Bien que le programme d'indemnisation officiel ait été fermé il y a plus de 20 ans, M. Stein a déclaré que le gouvernement fédéral a discrètement réglé les réclamations d'une poignée de patients au cours des dernières années. Il a dit que le règlement de Steel est le deuxième cas de compensation du gouvernement envers des ex-patients.

LSD et la CIA

Le règlement avec Steel est le dernier développement de la saga de plusieurs décennies qui a commencé avec les expériences de Cameron à l'Institut Allan Memorial dans les années 50 et 60.

Cameron croyait qu'une combinaison de sommeil induit chimiquement pendant des semaines, des traitements massifs à l'électrochoc, des drogues hallucinogènes expérimentales comme le LSD et des techniques telles que la «conduite psychique» en passant par la répétition incessante de messages enregistrés pouvaient «rééquilibrer» l'esprit, brisant le voies cérébrales et l'élimination des symptômes de maladies mentales telles que la schizophrénie. Les médecins pensaient pouvoir alors «stabiliser» les patients.

Cependant, la déstructuration psychique a également favorise la perte de mémoire des patients et les a laissés dans un état enfantin. Dans certains cas, les adultes oubliaient des réflexes de base telles que la façon d'utiliser la salle de bain, comment s'habiller ou comment attacher leurs chaussures.

Les expériences ont été financées en partie par des subventions du ministère de la Santé et du Bien-être du gouvernement fédéral, bien qu'un rapport de 1986 par l'avocat George Cooper ait constaté que les fonctionnaires gouvernementaux n'étaient pas au courant de toute l'étendue des expériences de Cameron.

Ce que les patients et leurs familles ne savaient pas, c'est que les expériences de Cameron étaient également financées par le programme MK Ultra de la Central Intelligence Agency des États-Unis. La CIA, préoccupée par le lavage de cerveau des soldats américains qui avaient été des prisonniers de guerre coréens, a financé des expériences de contrôle mental à travers l'Amérique du Nord.

En 1992, la ministre conservatrice de la Justice, Kim Campbell, a décidé d'indemniser des douzaines d'anciens patients de Cameron. Sans admettre la responsabilité légale, Campbell a déclaré que le gouvernement ferait les paiements de 100 000 $ pour «des raisons humanitaires et de compassion».

On estime que 70 patients ont été indemnisés, mais des centaines d'autres demandes ont été rejetées parce que le gouvernement a déclaré que ces patients n'avaient pas été suffisamment «déstabilisés» pour justifier une indemnisation.

Le père de Steel a demandé une compensation au nom de sa femme mais a vu se demande rejetée.

Une histoire présentée dans un documentaire de Radio-Canada

Ce n'est qu'en 2014, lorsque CBC Television a diffusé un documentaire  « Fifth Estate » sur les expériences de Cameron, qu'Alison Steel y a pensé a nouveau.

Elle a consulté Stein, qui avait obtenu avec succès une indemnisation pour l'ancienne patiente Gail Kastner en 2004 et un règlement à l'amiable pour l'ancienne patiente Janine Huard en 2007, et a déposé une demande d'accès à l'information pour obtenir le dossier médical complet de sa mère.

«Je voulais juste prouver que c'était fait et que justice était rendue à ma mère», a déclaré Steel.

Les photos de la mère de Steel avant qu'elle soit admise au Allan Memorial montrent une personne heureuse et active, faisant du ski, de l'équitation, riant avec ses amis. Ses lettres sont celles d'une personne normale et en bonne santé.

Mais Steel a déclaré que ses parents avaient perdu un premier enfant né avec la « spina bifida » (malformation). Sa mère semble avoir souffert de dépression post-partum après la naissance de Steel quelques années plus tard.


L'institut Allan Memorial où les experiences au service de la CIA ont eu lieu entre 1950 et 1960


Elle montrait des signes de dépression et ne pouvait pas faire face", a déclaré Steel. «Et avoir un jeune enfant - moi, à l'époque, un ou deux ans - ça devenait difficile, alors ils étaient inquiets

Mme Steel a déclaré que ses grands-parents, qui vivaient à Westmount, dans la banlieue de Montréal, avaient entendu parler de la réputation de Cameron et pensaient qu'il pouvait offrir une solution.

Des pages et des pages de dossiers médicaux montrent ce qui s'est passé ensuite.

«Confuse ... mais beaucoup plus conciliante»

Selon un rapport écrit par Cameron, Steel a été maintenue dans un sommeil chimiquement induit pendant des semaines. Une première série a duré 29 jours. Une seconde a duré 18 jours. La thérapie du sommeil était accompagnée d'une série d'électrochocs.

«Elle était extrêmement confuse et désorientée, mais beaucoup plus conciliante», a écrit Cameron dans son rapport.

Les notes des infirmières sur ses graphiques détaillent des doses répétées d'amytal de sodium, et comment Steel ferait le tour du hall se sentant comme une prisonnière: «C'est comme si on était enterré vivant, faites quelque chose s'il vous plaît » criait la patiente à l'infirmière et au docteur selon une note.



Mme Steel a déclaré qu'à un moment donné, sa mère était si bouleversée à l'idée de retourner aux traitements qu'elle avait essayé de sauter de la voiture de son mari au centre-ville de Montréal.

Steel a commencé à réaliser quand elle était adolescente que sa mère n'était pas tout à fait la même chose que les autres mères.

«Quand vous vouliez parler avec elle de quelque chose d'émotionnel ... elle ne pouvait tout simplement pas le faire», a déclaré Steel. «Son état émotionnel a été déstabilisé. Cela a emporté son âme

Sa mère s'asseyait seule dans le noir, écrivant des codes et des chiffres sur les murs.

«Une fois je suis rentré à la maison et le plafond a été peint avec des tourbillons rouges partout», a déclaré Steel. «Elle prenait du papier peint et découpait de petites sections qu’elle l'épinglait dans toute la pièce.»

Avec le règlement judiciaire Steel a obtenu justice, mais elle pense aux familles des autres patients qui n'ont jamais été indemnisés.

«Je pense qu'il est important de faire ressortir l'histoire, de dire aux autres que c'est ce qui s'est passé.»

Source : cbc.ca

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

Traductions par thème

  •