jtemplate.ru - free extensions for joomla

Les libéraux trahissent les chrétiens du Moyen-Orient

mercredi, 15 fevrier 2017 12:46
Evaluez cet article
(1 Vote)

Traduction par Tino

Comment les terroristes, les libéraux et les protestants manifestent-ils leur mépris à l'égard des chrétiens de Syrie et d'Irak ?

Plusieurs ONG caritatives apportant un soutien aux chrétiens de Syrie et d'Irak ont tout récemment dressé un rapport conjoint de 88 pages. Les auteurs ne se contentent pas de décrire la véritable infortune vécue par nos frères et sœurs de confession, ils soulignent la mise à l'écart secrète des chrétiens dans la future reconstruction de l'Irak.

Le pays sera divisé en trois parties : une partie chiite supervisée par l'Iran, une partie sunnite contrôlée par la Turquie et les Kurdes, et une autre sunnite également, mais occupée par les nationalistes kurdes. Les minorités nationales et religieuses telles que les Yézidis, les Sabéens, les Arméniens, les Assyriens et les Arabes chrétiens, ne joueront aucun rôle dans l'avenir de l'Irak.

Et cela, bien que dix ans auparavant, plus d'un demi-million de chrétiens habitaient le pays, bien que les plaines de Ninive soient le berceau de notre foi. On retrouve d'anciens monastères et temples dans cette région, notamment entre autres la tombe du prophète de l'Ancien Testament Jonas à Ninive, l'actuelle Mossoul. démolie par l’État islamique lors de la prise de la ville.

Les chrétiens ont toutefois commencé à subir des persécutions bien avant l'apparition de DAECH. En 2003, les Américains et leurs satellites ont envahi l'Irak. L'Occident n'a pas voulu étudier en détail les relations entre groupes ethniques et religieux et a plutôt opté pour une politique de « chaos contrôlé ». À cause de l'Occident, une guerre civile a éclaté entre chiites et sunnites au cours de laquelle les communautés chrétiennes traditionnellement prospères sont devenues une proie facile pour les militants des deux bords. Ceux qui ont fui au Nord, vers le Kurdistan, n'y ont trouvé qu'un statut de citoyens de seconde zone. Une ville de réfugiés du nom d'Ankawa s'est formée dans un quartier d'Erbil. Le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani est en train de bâtir un État exclusivement kurde et sunnite ; il considère donc les réfugiés chrétiens comme une menace pour ses projets ambitieux. Ainsi, lorsque les unités de DAECH ont investi les plaines de Ninive et lancé le génocide de tous les « infidèles » dès juin 2014, les peshmergas se sont soudainement retirés des secteurs chrétiens et ont simplement observé le massacre.

Lorsque les terroristes de l’État islamique sont arrivés à Bagdad et Erbil, les autorités irakiennes et kurdes ont réellement pris peur et commencé à former des milices destinées à combattre ces troupes. Les premiers volontaires furent des réfugiés chrétiens désireux de reprendre leurs terres natales. Les chefs ont cependant refusé de leur fournir des armes et ont saisi tous les fonds envoyés par diverses organisations internationales.

La formation de brigades chrétiennes a été reportée, poussant certains groupes tels que Dveh Navsha à monter au front avec des armes qu'ils se sont procurées sur le marché noir. Un bon nombre de volontaires européens et américains combattent toujours dans leurs rangs et ne comprennent sincèrement pas pourquoi les pays occidentaux dépensent des millions pour l'armée irakienne et les peshmergas, mais n'envoient pas un centime pour venir en aide aux chrétiens.

Dans la Syrie voisine, par ailleurs, les escouades orthodoxes se sont affirmées comme les divisions les plus résistantes. Voilà quatre ans déjà qu'ils assurent la défense de Deir Ez-Zor et de ses environs, en plus d'avoir contribué à prendre Palmyre et à repousser l'attaque de Hama.

Enfin, les divisions chrétiennes ont tenu un rôle décisif dans la libération de la partie est de Mossoul. Les peshmergas et l'armée irakienne n'osaient tout simplement pas s'enfoncer dans certains quartiers solidement fortifiés par DAECH. Au même moment, la brigade Babel combattait sous terre. En se servant de tunnels creusés au Moyen Âge par des moines, les soldats ont évité les champs de mine et effectué une percée dans les défenses des jihadistes.

Néanmoins, si les chrétiens armés ont su tenir tête, la situation des réfugiés est pire. Dans les camps de réfugiés, les musulmans majoritaires malmènent les chrétiens en les volant, violant, tuant et en leur confisquant des documents.

Parallèlement, les peuples d'Europe, où transitent les principaux flux de réfugiés, préfèrent ne pas se quereller sur des questions religieuses, aussi bien par souci de « tolérance », par laxisme qu'en raison d'une méconnaissance totale de la situation.

En décembre dernier, les Britanniques ont refusé un visa à trois archevêques originaires de Syrie et d'Irak venus sur l'invitation du prince Charles, tout en accordant l'asile politique à des prêcheurs wahhabites de l'organisation terroriste des Frères musulmans condamnés à mort en Égypte pour avoir planifié des attaques, dont un attentat à la bombe sur une église au Caire.

Quelle folie que de voir des protestants européens se comporter pire que des wahhabites : au moins, avec ces derniers, tout le monde sait à quoi s'attendre.

Ce qui incarne la chrétienté selon les mondialistes néolibéraux, c'est le protestantisme, dont la branche libérale voue une haine « viscérale » à l'égard de l’Église orthodoxe. Vous avez un exemple qui tranche avec cette attitude dans l'initiative de Donald Trump de secourir les réfugiés, les chrétiens et dans sa manière de critiquer les protestants.

Les catholiques ont dans l'ensemble appuyé la démarche du président américain. Concrètement, ils ont levé des fonds afin d'apporter assistance aux volontaires qui se battent contre l’État islamique dans les plaines de Ninive. Les protestants, les baptistes, les adventistes du Septième jour, qui avaient soutenu des manifestations antigouvernementales, accusent à présent Trump de violer les principes chrétiens du « bon Samaritain ». Tournant habilement à leur avantage des passages de la Bible derrière leurs claviers, ces para-chrétiens se sont mués en véritables agents majeurs des politiques néolibérales mondialistes dans la région.

Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces.

Source : katehon.com

Commentez avec Facebook

Traductions par thème

  •