jtemplate.ru - free extensions for joomla

François Asselineau s'exprime sur la question catalane

jeudi, 09 novembre 2017 14:06
Evaluez cet article
(2 vote)

Gilles Verrier

Pour Asselineau, président de l'Union populaire républicaine, nous sommes visiblement en présence d'un mouvement d'indépendance qui est invalidé par au moins deux autres mouvements qui se profilent derrière. 

1- La volonté d'indépendance face à l'Espagne, un pays dont la souveraineté est en déclin, se double d'un mouvement pour subordonner directement la Catalogne à l'Union européenne, un fédéralisme qui monte. Pour Asselineau, tout cela est désormais évident. Pour l'illustrer, il revient sur la fuite peu glorieuse de Carles Puigdemont à Bruxelles, pour marquer son allégeance à ce pouvoir plus opaque que celui de Madrid et y quémander quelques soutiens. L'auto détermination ne peut se poser avec honnêteté, soutient Asselineau, que si l'on vide la question de savoir si la Catalogne aura plus de pouvoir à transiger seule face à l'Union européenne ou si elle en aura moins ? Plus à la merci d'un pouvoir devant lequel elle comptera comme entité négligeable ?

2- Une deuxième question serait de savoir, et là Asselineau ajoute au cas catalan les consultations récentes sur l'autonomie de la Lombardie et de la Vénétie (Italie), toutes des régions riches. Il se demande si ces régions ne pas sont pas en train de préparer leur séparation des régions pauvres ?  Asselineau condamne cette forme de sécession comme un égoïsme inadmissible et un bris de la solidarité.

En regard des considérations d'Asselineau, force est de se demander si, dans le cas du Québec, l'indépendance à la catalane ne serait pas Montréal se séparant du reste du Québec, plutôt que le Québec se séparant du Canada ? Un Montréal cosmopolite et tourné sur le monde, selon la formule mondialiste en usage, se «libérerait» d'un pouvoir provincial en déclin pour transiger directement avec Ottawa ? On sait que Denis Coderre n'était pas indifférent à l'idée d'une plus grande autonomie de Montréal par rapport au Québec... Il n'est plus maire, mais ce courant pour donner des statuts particuliers quasi étatiques aux grandes villes-régions à des appuis en haut lieu. Pour ce cas, Asselineau ne va pas aussi loin que Jacques Attali, qui promeut l'idée que les nations seront remplacées par les métropoles, mais évoque néanmoins cette question qui est généralement passée sous silence dans ce dossier.

3- Asselineau se demande où s'arrêtera la volonté de démembrement des pays. Il semble relier les hésitations et une relative passivité de Madrid en regard de la Catalogne à l'influence de Bruxelles, qui n'a jamais fait mystère de ses plans en faveur d'une Europe des régions.

En terminant, les Québécois doivent considérer qu'ils ont une base beaucoup plus solide que la Catalogne pour réclamer un changement de statut constitutionnel. Les Canadiens francophones sont les fondateurs du Canada, et toutes les traces restent du fait qu'ils ont été longtemps la majorité au Canada. Les délibérations constitutionnelles qui ont conduit à la Confédération reconnaissaient explicitement l'existence de deux peuples. On ne peut en dire autant de la Catalogne, qui, pour une chose, n'a pas fondé l'Espagne ! Je juge important de rajouter ce dernier paragraphe car les différences entre les deux cas sont de taille. Ce qui n'implique pas que les mêmes embuches s'appliquent au Québec.

Visionnez...

5 commentaires

  • Lien Commentaire Lionel Rumilly samedi, 11 novembre 2017 11:11 publie par Lionel Rumilly

    Je pense tout particulièrement a l'écrit intitulé "Le Canada, un pays libre" qui débute a la page 63 du recueil.

  • Lien Commentaire Gilles Verrier vendredi, 10 novembre 2017 21:59 publie par Gilles Verrier

    Merci, je l'avais déjà téléchargé. Y a-t-il des passages en particulier auxquels vous pensez ? me rendant compte que tout n'est pas d'un intérêt égal.

  • Lien Commentaire Lionel Rumilly vendredi, 10 novembre 2017 19:31 publie par Lionel Rumilly

    Tous les livres de Groulx sont accessible sur le site de la fondation Groulx :https://www.fondationlionelgroulx.org/L-oeuvre-de-Lionel-Groulx.html

  • Lien Commentaire Verrier Gilles jeudi, 09 novembre 2017 23:04 publie par Verrier Gilles

    Je ne suis pas spécialiste de droit constitutionnel. Mais selon Me Christian Néron, historien du droit et des institutions, nous aurions trop mené la lutte sur la jurisprudence (décisions de la Cour suprême) et non sur les fondamentaux. Si nous avons trop imité les Anglais ailleurs, c'est en matière constitutionnelle que nous ne les avons pas assez imités, pour faire à Rome comme les Romains. Je vais voir si je peux me procurer ce livre de Groulx.

  • Lien Commentaire Lionel Rumilly jeudi, 09 novembre 2017 20:33 publie par Lionel Rumilly

    En 1865, Disraeli premier ministre anglais proférait des propos comme celui-ci : "Le Canada je le crois, a son avenir à lui (Cité dans Oscar Douglas Skelton, Life and Times of Sir Alexander Tilloch Galt (Toronto, 1920), 439. 43 L'INDÉPENDANCE DU CANADA) Ces provinces ont les moyens d'établir leur indépendance à l'égard de tout pouvoir étranger, et si, à la fin, elles peuvent devenir un pays indépendant, nous trouverons dans un tel événement, non pas une source de mortification, mais un motif d'orgueil" "Lionel Groulx dans l'ouvrage "L'indépendance du Canada" appelait a se méfier de notre esprit latin ou français pour analyser le droit constitutionnel anglais. Le droit constitutionnel anglais, sauf en quelques principes fondamentaux, sont aux antipodes du
    droit figé, intangible. Créations d'un peuple à l'esprit empirique on les dirait en constante disponibilité d'évolution ou de changement. Où l'esprit latin procède rapidement et par déduction, l'esprit anglo-saxon procède par tâtonnements, par expérience. De là cette méfiance pour les formules trop rigides, trop absolues qui risquent de gêner le mouvement
    vital, et, en revanche, une préférence marquée pour les formules de demi-clarté, et pour les formules vieillies, dépassées, qui, tout en retenant les lignes de l'évolution, en ménagent
    la lenteur. Ce que nous appelons textes ou vocabulaire désuets, bois mort, sont pour l'Anglo-Saxon, des reliques vénérables, des jalons de vieille routes, d'une utilité toujours possible." Tout ça pour dire que la réplique de Disraeli, si elle pouvait avantager l'anglais pourrait lui convenir, mais sinon elle n'a jamais existé. De ce peuple que Groulx décrivait comme raciste il n'y a rien a attendre en notre faveur. Le droit constitutionel canadien étant anglais je me demande bien ce qu'on a a attendre d'un changement constitutionel. L'Indépendance du Canada de Groulx est le livre que vous vous devez de lire Monsieur Verrier.

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.