jtemplate.ru - free extensions for joomla

La parole est à nos lecteurs : inquiétude chez les partisans de l’empire étasunien

mardi, 10 octobre 2017 13:19
Evaluez cet article
(1 Vote)

Gilles Verrier

L'accélération des alliances qui se forment autour de la Russie pour l'économie, la paix et la lutte contre le terrorisme, jette une lumière crue sur le dysfonctionnement de la politique extérieure des États-Unis. 

 Tout en demeurant de fidèles partisans de l'empire, des commentateurs américains se désolent des difficultés de la diplomatie US à se trouver un place sur fond d'une influence en chute libre. Une contribution de Stephen Blank, qui marque des points pour son pays en évitant l'écueil du déni :



Trump parle de l'Iran - alors que la stratégie de Poutine au Moyen-Orient fonctionne (Traduction par Mike Deschamps)

Rien n'illustre mieux la rupture de la politique américaine au Moyen-Orient que la juxtaposition des menaces du président Trump d'abandonner le plan d'accord global conjoint avec l'Iran et la toute première visite du roi saoudien Salman en Russie. N'oublions pas que l'effondrement de la politique américaine a commencé avec l'invasion de l'Irak en 2003 ou si vous préférez  avec le retrait sans cérémonie du président Obama sur la Syrie en 2013. Maintenant les menaces creuses de Trump que nos alliés et probablement le Congrès ne respecteront pas  contrastent avec le bilan remarquable des réalisations de la Russie et de l'Arabie Saoudite et accéléreront cette chute.

Les menaces de Trump sont creuses pour de nombreuses raisons. Si les Etats-Unis dé certifient l'observance par l'Iran du JCPOA - même si aucune preuve n'indique que Téhéran l'a violée –aucune possibilité d'un accord pour freiner la nucléarisation nord-coréenne n'est envisageable et encore moins négociable.

Aucun gouvernement nord-coréen ou aucun des autres interlocuteurs concernés par la Corée ne peut alors avoir confiance dans la continuité ou la durabilité de la stabilité des relations  américaines envers la Corée du Nord. Deuxièmement, nos alliés ont déjà fait savoir qu'ils ne soutiendraient pas la dé certification en l'absence de preuve de la violation par l'Iran du JCPOA. Par conséquent, l'Iran peut alors jouer contre nous et profiter à la fois matériellement et politiquement du désarroi qui s'ensuit avec les alliés. Troisièmement, l'Iran sera alors libre de quitter l'accord et de reprendre son programme secret qui n'est probablement que temporairement suspendu.

Quatrièmement, la Russie, qui semble maintenant soutenir les ambitions régionales de l'Iran, soutiendrait également l'Iran et forgerait des liens économiques, politiques et militaires encore plus étroits avec elle. La Russie a déjà soutenu les ambitions et les factions iraniennes en Syrie et au Yémen et elle prévaut également en Libye, de sorte que ses clients syriens et libyens, Bashar el Assad et Khalifa Hafter, consolident également le pouvoir.

Cinquièmement, la Russie fait régulièrement des gains à nos dépens, comme le démontre la visite du roi Salman. À la suite de cette visite, les deux gouvernements ont signé un protocole d'accord qui introduira en Arabie saoudite des armes russes (le missile antiaérien S-400) et conduira à la construction d'une usine de fabrication de Kalashnikov en Arabie saoudite. Donc, si cette affaire avance, les forces armées russes auront un accès direct à la première fois aux forces de défense saoudiennes. L'Arabie saoudite a également promis 3 milliards de dollars à divers projets énergétiques, technologiques et autres en Russie. Ces fonds, auxquels s'ajoutent d'autres fonds arabes - dont beaucoup transitent par Dubaï et d'autres canaux pour des transferts non enregistrés - aident Moscou à contourner les sanctions que nous et nos alliés avons imposées en raison de « son agression » en Ukraine.

L'Arabie saoudite a évidemment reconnu que Bashar el Assad gouvernera la Syrie et que Moscou a repoussé les demandes saoudiennes et israéliennes afin de modérer son soutien ou de restreindre les ambitions de l'Iran de dominer la Syrie et le Liban, et donc les États-Unis. En outre, la Russie et l'Arabie saoudite continuent de collaborer pour réduire l'approvisionnement en énergie et augmenter le prix du pétrole et du gaz. Mais l'Arabie saoudite ne peut pas empêcher Moscou de conclure des accords sur l'énergie avec l'Irak, la Syrie, le gouvernement révolutionnaire kurde, l'Iran, la Turquie et probablement la Libye à l'avenir et Chypre  (qui est  aussi un paradis notoire pour le blanchiment d'argent en Russie). Cela permet à Moscou d'accéder et de tirer parti non seulement des approvisionnements locaux et des pipelines, mais aussi des flux d'énergie vers l'Europe. L'Arabie Saoudite a également annoncé qu'elle coopérerait avec Moscou contre le terrorisme, suggérant une visibilité accrue pour les élites musulmanes russes comme l'homme fort de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, et peut-être plus de soutien russe pour les politiques anti-Qatar.

Il n'est pas étonnant que les politiciens russes aient répété que cette visite signifiait la fin du monopole américain sur les relations étrangères avec l'Arabie Saoudite. Ils sont arrivés à la conclusion claire que Riyad reconnaissait maintenant le rôle croissant de Moscou en tant qu'arbitre de nombreux conflits au Moyen-Orient. Pendant ce temps, il ne semble pas y avoir de stratégie américaine autre que de battre ISIS (Note du Bonnet : on peut émettre des réserves quant à cette supposée stratégie), bien que ce ne soit pas une stratégie.

Par conséquent, cela indique notre propre confusion quant à la stratégie. Il ne semble pas y avoir de discussion sur la suite et sur la façon dont nous allons aider l'Irak et ou la Syrie à retrouver un semblant de stabilité (Note du Bonnet : stabilité ou chaos organisé ?). Il n'y a pas non plus de considération de la menace que l'Iran pose en ce moment même sans son programme nucléaire. Par conséquent, il semble n'y avoir aucune réflexion sur ce qui se passera une fois que l'Iran répudiera le JCPOA en raison de nos propres décisions politiques.

 En d'autres termes, Moscou a une stratégie, l'exécute à travers des politiques opportunes et réfléchies qui ont renforcé avec succès sa position non seulement avec l'Iran mais aussi avec nos alliés et à travers tout le Moyen-Orient. Cette stratégie coordonne la diplomatie, la guerre de l'information, le pouvoir militaire habilement déployé et la capacité économique encore plus habilement démontrée.

Pendant ce temps, malgré notre immense supériorité matérielle, nous semblons n'avoir aucune stratégie pour relever les défis de la région. La participation des États-Unis a dégénéré en une série de mouvements tactiques spasmodiques et au mieux tactiques et, au pire, d'une rage non ciblée contre les menaces notionnelles, même si nous ne résolvons absolument pas les menaces réelles pesant sur notre position et notre influence. Cet échec bipartisan s'aggravera à moins que quelqu'un dans un pouvoir d'autorité ne formule réellement une stratégie viable qui soit sensée et qui puisse être exécutée pour faire progresser les intérêts américains. Malheureusement, à l'heure actuelle, personne n'est capable, disposé et prêt à le faire. Par conséquent, nous devrions attacher nos ceintures de sécurité car cela va être un tour cahoteux.

Source : thehill.com

Parallèlement, à Jérusalem, le ton est passé de belliqueux à réaliste. On est forcé de reconnaître la place centrale que Poutine s'est taillée dans la nouvelle dynamique moyen orientale. Exclus des accords d'Astana - ils n'ont pas voulu y participer - on ne se dispute plus comme avant les occasions de rencontrer les représentants américains. Il semble bien fini le temps d'un Henry Kissinger, commis-voyageur, toujours entre deux vols, petite valise à la main. Ces temps-ci, c'est auprès de Poutine qu'on se presse, tout le monde veut sa place sur une photo avec lui ou en compagnie de membres de son état-major. Moscou, qui pratique une diplomatie raffinée, évite de juger de haut la politique des autres. Elle a commencé à payer cette politique qui refuse d'alimenter les clivages et le désordre. Moscou s'impose de plus en plus comme une puissance médiatrice incontournable pour régler tous les contentieux.

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.