jtemplate.ru - free extensions for joomla

Tolérance gauchiste, inclusive et féminine (carré d'as !) dans toute sa splendeur !

lundi, 18 mai 2015 07:00
Evaluez cet article
(2 vote)

Mike Deschamps

Il est clair qu’aujourd’hui, plus personne ne se parle. Dans un monde où le virtuel a pris beaucoup de place, il n’est plus possible d’échanger car la confrontation d’idées n’est plus la bienvenue. La nouvelle norme incitera plutôt à se filmer chacun chez soi. Sans contradicteur. C’est le selfie américain qui domine l’occident en perte de valeurs morales. C’est l’humanisme, qui plaçant l’homme au centre de son univers, favorise la surestimation de son être, l’égocentrisme, qui renforce la conviction d’être mieux que les autres.

Notre vision

Au Bonnet des Patriotes, nous croyons encore aux débats sains et formateurs. C'est donc dans cette optique que nous nous lançons dans un projet qui, nous l'espérons, plaira à nos fidèles lectrices et lecteurs : le débat filmé.

Faisons ce que jadis faisaient les médias télévisuels. Organisons des débats, de vrais débats avec des gens dont les idées s’opposent. Dans ce monde virtuel, du « moi je », de l’émotif qui l’emporte sur le rationnel, du culte de la marchandise, rien n’est plus difficile que de réunir des gens dont les idées s’opposent. On traite les opposants de fascistes à tout va, on discrédite l’opposant, et dans bien des cas, il ne faut pas plus de cinq minutes pour invoquer le nazisme (Lire « Les antifascistes d’aujourd’hui seront les fascistes de demain »). Il faut éviter de perdre la face dans de telles circonstances. La fuite en avant. Francis Cousin faisait ce constat amer dans une conférence récente en France :
« …je crois aux rencontres pluriels, aux rencontres anti dogmatiques, et à toutes les paroles qui peuvent casser la schizophrénie dans lequel le fétichisme de la marchandise nous enferme. Les trotskos parlent aux trotskos, les libéraux parlent aux libéraux, les centristes parlent aux centristes. Chacun est dans une case pathologique où le capital l’a placé et à partir de là, on est dans une stérilité infinie… »

La rencontre apaise les esprits alors que les réseaux sociaux les échauffent

Toute revendication sociale sous-entend son lot de souffrances. Les revendications, quelles qu'elles soient, ne sont jamais le fruit de la haine. Le québécois de souche qui éructe contre l'immigration draine avec lui une incommensurable souffrance : celle de voir son pays, sa patrie, la terre de ses ancêtres se désintégrer sous le poids d'un multiculturalisme fomenté. Tout le monde peut comprendre ça, de l'algérien au zambien.
L'immigré fraîchement arrivé au Québec et qui peste contre ses conditions de vie misérable draine avec lui une incommensurable souffrance aussi : celle de voir ses congénères exploités, mal logés, mal payés, utilisés. Tout le monde peut comprendre ça, de Montréal à Gaspé.
Le Capital a donc tout intérêt à racialiser, à ethniciser ces conflits : pour éviter qu'ils se rencontrent.
 
Notre débat formateur

Toujours dans la pratique de la main tendue, nous espérions pouvoir réunir deux personnes dans un débat. Le sujet ? Immigration musulmane et Islam. Nous aurions pris part au débat en relançant les confrontations sans parti pris, en pointant du doigt les contradictions de chacun.  Tel un match de boxe nous aurions pu avoir :

- dans le coin gauche, un homme qui a eu le courage de ses convictions, partisan des idéologies prônées par Pegida, seul devant une horde de chiens enragés « antifascistes » qui n’auraient pas hésité à recourir à la violence si la police n’avait pas été sur place. Nous ne nommerons même pas son nom sur internet car au regard du lynchage dont il a été victime (et dont nous furent témoins) à la manifestation, nous ne voudrions pas lui attirer des ennuis.

- dans le coin droit, une femme, qui n’a pas hésité à critiquer une certaine islamophobie. Elle était présente à la contre-manifestation de Pegida. Elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense (entourée des siens voire face caméra). Elle est en charge d'un site internet pour lequel elle rédige des articles. J’ai nommé Cora.

Vous aviez noté l'utilisation du conditionnel passé. Ce « match de boxe » idéologique n’aura jamais lieu. Pour quelle raison vous demandez-vous ? Car il semblerait qu’il ne soit pas dans l’interêt de l’un ou de l’autre de vouloir s’exprimer devant un opposant face caméra. C’est aujourd’hui la norme. Et même si la personne pro-Pegida, nous a paru plus ouverte au dialogue, il n’en sera finalement rien.

Suite et pas fin...
 
Je découvre alors l’article de Cora sur son site veilleauposte.ca
Cora Lemoyne me répond indirectement. N’a-t-elle pas eu le courage de mon répondre sur Youtube où l’idée de me faire passer pour un extra-terrestre qui demande un débat impossible lui aurait effleuré l’esprit ? Car dans cette société occidentale où plus personne ne se parle, on peut peut-être trouver loufoque une invitation à débattre. 

 

Ici, mon message privé est divulgué

 

Tout est bon pour ne pas perdre la face et en plus « ça sent le piège à con »

 

Au cœur des pièces jointes, nous pouvons retrouver, dans des clichés assez déconcertants, tous les ingrédients décrits au début de cet article (fascisme, nazi, misogynie, etc.).

 

Quand Cora essaye de me sortir un carré d’as…qui ressemble à un carré de féminisme

 

 

 

 

 Je n’ai pu m’empêcher de répondre à son article.

 

 
Conclusion

Ceci était un exemple parmi tant d’autres, où chacun reste campé dans ses retranchements. Il fut un temps où les gens n’avaient pas peur d’exprimer leurs idées de façon virile et assumés dans des débats,  la dialectique dans le respect des valeurs de l’autre aidant. Aujourd’hui, dans un monde où il n’y a jamais eu autant de moyens de communication, les gens sont seuls avec leurs opinions. Ils ont un avis sur tout, ils ont surtout un avis. Certains n’ont toujours pas compris que le système dominant a tout intérêt à maintenir les gens chacun de leur côté. Que se passerait-il si deux parties programmées par le système pour se faire la guerre, se mettaient soudainement à dialoguer ? Méditons là-dessus.

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

Dossiers par thème

  •