jtemplate.ru - free extensions for joomla

À quand l'obsolescence du veau d'or ?

lundi, 07 mai 2018 12:07
Evaluez cet article
(3 vote)

Victor Rumilly

« Le propre de l'Art c'est de façonner des Dieux ! »

Personnage du roman «La femme pauvre» de Léon Bloy qui se défend d'être un artiste (au sens libéral s'entend), préférant servir la Vérité donc un Dieu unique (en trois personnes).

Nous vivons à une époque au sein de laquelle une multitude d'informations est accessible sans trop d'effort. En raison de l'accession quotidienne à cette multitude d'informations, nous sentons le besoin de nous exprimer sans arrêt. La multitude d'informations est souvent ainsi embrouillée par une panoplie d'interprétations. Les informations sont si abondantes que rares sont ceux qui s'expriment sur un sujet en le connaissant intégralement. Le fait que nous sommes rarement à même de nous exprimer avec la garantie de connaître le sujet dans ses moindres détails nous a menés à nous exprimer de manière empirique, c'est-à-dire en expérimentant, en se trompant. L'intellectuel respectable se transforme ainsi souvent en quidam dans le but d'expérimenter ses idées. Bien malin est celui qui arrive à distinguer l'un de l'autre par ses compétences plutôt que par son diplôme ou par la forme de son expression langagière.

Vers la vérité : tournure d'esprit française (absolutiste) vs tournure d'esprit anglaise (empirique)

L'empirisme, disait Lionel Groulx, est une tournure d'esprit plutôt anglaise très différente de l'esprit latin qui procède par déduction et qui mène à des formules rigides, absolues, universelles. Pendant que l'absolutisme (appelons-le ainsi) tente de déduire ou de prévoir le résultat de la formule pour ensuite figer la formule, l'empirisme se complait dans une constante évolution, une constante adaptation aux changements, sans jamais voir de mal à ce qu'il n'y ait pas de finalité ou de vérité sur laquelle s'arrêter.

Groulx commentait ainsi le droit constitutionnel de la France et de l'Angleterre. Je ne ferai que reprendre à mon compte les définitions des tournures d'esprit qui m'apparaissent s'appliquer à d'autres domaines du savoir. Il ne sera pas question de droit contitutionnel.

Je disais donc que nous étions rarement à même de nous exprimer avec la garantie de connaître le sujet dans son ensemble. Nous expérimentons, nous nous trompons, parfois quelqu'un peut même ridiculiser notre erreur et puis nous nous adaptons. Bref, nous réfléchissons en même temps que nous agissons. Expérimenter sans cesse mène parfois à la vérité. Le problème est que cette vérité aura été ensevelie par les milliers d'expérimentations. Qui lira encore les travaux de quelqu'un qui s'est trompé mille fois avant de tomber sur la vérité ?

Le cours d'éducation à la sexualité : une tentative empirique comme une autre

Cette empirisme - qui cache la vérité par sa « production » incessante d'expérimentations - se glisse dans plusieurs domaines de recherche du savoir et de l'enseignement. Par exemple, il faudra un échec cuisant pour qu'on comprenne que le cours d'éducation sexuelle est totalement aberrant ou inutile. Si notre esprit latin (absolutiste) fonctionnait encore, il n'y aurait pas des dizaines de livres sur la question et nous n'aurions pas besoin de l'expérimenter, nous saurions que des enfants de 5 ans n'ont pas besoin de connaître l'anatomie ainsi que le « genre » pour bien vivre. Que les enfants se nourissent de mythes en ce qui à trait à la sexualité est normal ; l'enfance devrait rester l'enfance. Abattre l'innocence des enfants sera une cause de dégâts irrémédiables. C'est écrit dans le ciel. C'est pourquoi la question ne devrait même pas se poser. Si notre esprit absolutiste fonctionnait encore, nous déduirions que nos ancêtres sont arrivés à réaliser de grandes oeuvres et ont eu de bonnes vies sans passer par la connaissance du LGBTisme. Nous déduirions que la sexologie (science créée par Alfred Kinsey, pédophile notoire à l'origine de TOUTES études en sexologie) a des aspects louches qui ne seront pas plus acceptables, mêmes si matante l'enseignante le traduit dans un vocabulaire moins choquant pour les montrer aux enfants. Si nous avions encore cet esprit absolutiste, nous comprendrions tout ça. Point final. Aucune adaptation à la modernité. Sujet suivant. Le même constat à propos de la cyber-éducation s'impose. Le collègue Van Pelt le démontre très bien.

Quand il est question de production de matériel, on peut se contenter bien malgré nous d'obsolescence programmée - de toute façon on en construira d'autres -, mais quand il s'agit d'enfants et d'éducation... la prudence est de mise.

Si au moins l'obsolescence programmée des enfants donnait l'envie, comme avec le matériel, d'en produire d'autres...

L'obsolescence programmée d'un enfant fait tourner l'économie

L'adaptation au marché est la raison pour laquelle l'empirisme est devenu la tournure d'esprit domimante. Qu'il y ait plusieurs tentatives de construire une infrastructure décente permet de faire tourner l'économie. Une église qui n'a besoin que de très peu de rénovation parce qu'elle est bien construite, ça limite les dépenses, l'économie tourne au ralenti. Le Stade Olympique... véritable trou sans fond de dépenses liées aux rénovations... ça fait tourner l'économie. Qui eut cru que la médiocrité pouvait avoir des conséquences positives ?

Une famille unie aux valeurs traditionnelles et millénaires, ça ne fait pas tourner l'économie. On y recycle beaucoup trop, ne serait-ce qu'en patargeant la vaisselle, le linge, etc., bref, le matériel. En revanche, une multitude d'individus isolés les uns des autres consomme chacun ses propres biens et fait ainsi tourner davantage l'économie.

Votre salut dans la société, besoin de production économique oblige, passe donc par la solitude, la masturbation, la délation, le travail autonome, le reniement de la famille. Tout pour que chaque individu devienne un consomateur distinct parce que la possibilité de partager, de réutiliser le matériel vous est impossible. C'est par cette solitude que vous devenez intégralement dépendant du marché et que le mot liberté vis-à-vis de ce marché devient vide de sens. Vous devenez le rouage d'un engrenage visant à faire tourner l'économie. Vous devenez même l'incarnation du « bien » parce que vous faites tourner l'économie.

Le faible taux de diplomation dont plusieurs commentateurs de l'actualité se sont inquiétés récemment123456 n'est aucunement relié à l'intengible réussite ou non-réussite des étudiants. Un haut taux de diplomation est possible malgré des étudiants totalement ignorants. Un faible taux de diplomation pourrait être possible malgré des étudiants savants. L'exemple le plus probant de cette réalité provient de nombreux témoignages de grands parents et arrières grands-parents canadiensfrançais qui écrivaient sans faute et sans être diplômés, ayant arrêté leurs études dès la 5e année parce qu'ils devaient subvenir au besoin immédiat de la famille, souvent sur une terre agricole. Ce français sans faute n'est aujourd'hui atteint par presque aucun diplômé de l'école secondaire, voire universitaire. Ce qui devrait inquiéter, c'est l'inaptitude des étudiants diplômés. Les diplômes ont toujours été davantage une preuve d'obéissance que de maitrise du savoir. Le diplôme démontre une capacité d'apprendre le savoir officiel. Malheureusement, le savoir officiel ne permet plus d'en sortir. Lorsque l'obéissance spécifique qu'il a apprise tout au long de son séjour académique sera périmé, son savoir deviendra inutile. C'est ce que l'on pourrait nommer l'obscolescence programmée de l'humain. L'homme sans qualité. Si on lui avait véritablement appris quelque chose d'universelle à l'école (lire, écrire, compter), il ne serait pas devenu futile le jour où sa spécialisation devient obscolète. La conjoncture économique n'aurait pas fait de lui un homme inutile.

La possibilité d'une vérité unique par la communion

Parce qu'avec la quantité d'information véhiculée aujourd'hui nous n'avons que rarement les garantis qu'il faut pour connaître son sujet intégralement, il ne peut qu'y avoir deux réactions : se taire parce que humble devant la quantité infinie d'informations ou parler tout en étant ignorant. Bien sûr, certains alternent entre les deux réactions, mais je suis porté à croire que nous vivons dans une ère d'extrême. Je crois donc que ce soit bien souvent tout l'un ou tout l'autre : les génies qu'on n'entend jamais et les abrutis qu'on entend tout le temps. Ces derniers n'arrêteront pas de parler puisque c'est payant.

Malgré tout, il faudra bien un jour qu'on s'arrête sur une vérité unique qui perdure.

Non pas une vérité unique imposée de façon arbitraire, sans possibilité de la questionner (questionnement puni par les pires tortures, une longue incarcération ou bien des poursuites judiciaires à n'en plus finir). Plutôt une vérité qui s'imposera d'elle-même parce qu'elle sera puisée à même une pensée plus grande que l'homo-économicus, ou même plus grande que l'homme. Cette grandeur de pensée ne peut provenir que d'une religion, c'est-à-dire, une manière de faire communier les esprits.

Conclusion : cette grandeur de pensée ne peut venir que du Catholicisme ou de la Banque. Bref, choisir entre une religion ou une autre.

Être « libre » de façonner ses propres Dieu pour, dans la division, se soumettre à la Banque ou avoir la foi en ce qui fait communier les esprits au-delà du matériel.

 

1 http://www.journaldemontreal.com/2018/05/04/la-debacle-scolaire
2 http://www.journaldemontreal.com/2018/05/05/lecole-et-lhecatombe-des-males
3 http://www.journaldemontreal.com/2018/05/05/le-quebec--le-cancre-de-la-classe
4 http://quartierlibre.ca/les-etudiants-quebecois-decrochent/
5 https://www.ledevoir.com/societe/526670/decrochage-scolaire-le-quebec-fait-mauvaise-figure
6 http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/02/taux-de-decrochage-scolaire-le-mot-tragique-nest-pas-trop-fort

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les derniers dossiers à lire...