jtemplate.ru - free extensions for joomla

La Guerre tiède des idées

dimanche, 01 octobre 2017 12:46
Evaluez cet article
(6 vote)

Etienne Brûlé

Principaux belligérants

Nous avons vu ces dernières années, et plus particulièrement depuis 2016, se lever deux courants idéologiques étrangers à ce qu'est le Québec dans son identité profonde et qui, pourtant, obtiennent des médias une attention plus grande que ce qu'ils méritent.

D'une part, nous avons des groupes dits "identitaires", prônant une certaine unité des valeurs canadiennes face à "l'immigration de masse" et à "l'islamisation de l'occident". Souvent affublés de noms anglais, ce qui n'est pas sans rappeler la teneur anglo-protestante de leur discours, les dits groupes sont taxés d'être d'extrême-droite par les médias et les universitaires, et sont décriés comme étant des émules à peine voilées du KKK ou de l'ancien régime Nazi. Ces groupes ont éclos depuis environ 2015 et sont formés, du moins en haut de la pyramide, par d'anciens militaires(1) ayant servis dans les principaux canadiens des dernières décennis.

D'autre part, il y a une kyrielle de groupuscules d'extrême-gauche, rassemblés sous la banière "antifasciste"(2), qui quant à eux, pourfendent ceux qu'ils considèrent racistes, sexistes, homophobes et capitalistes, bien qu'ils n'hésitent pas à sortir du cadre strict de ces étiquettes pour étendre leur vision de ce qui définit les comportements susmentionnées. Mouvement historique datant des années 1930 visant à combattre la montée du fascisme en Europe, les "antifas" ont vus leurs rangs et leur organisation perdre en vitesse depuis les années 1990 au Québec, suite à l'éradication quasi totale des groupes d'extrême-droite néo-nazis. Pour la plupart issus des mouvements étudiants de 2012 et de 2015, les antifas ont vu une occasion en or de reformer leurs rangs suite à l'élection de Donald Trump, et sévissent depuis dans nombre de dossiers, que ce soit en rapport à l'embourgeoisement urbain du quartier Hochelaga-Maisonneuve, par leur opposition aux mouvements qu'ils qualifient de "fascistes" et "d'extrême-droite", par leur appui aux théories du genre et au féminisme de troisième vague ou pour dénoncer la domination de l'homme blanc dans la société occidentale.

Sommes-nous réellement représentés?

Ces premiers disent vouloir défendre nos valeurs. Nos valeurs?! Mais qu'elles sont-elles, dites moi donc? Les valeurs canadiennes? Faites moi rire. Les valeurs canadiennes, fondées sur le multiculturalisme depuis l'avènement de P.E.T (initiales tout à propos, énonçant d'emblée la vacuité nauséabonde de cet odieux traître), est en parfait contraste avec le discours que tiennent les tenants de "l'identité canadienne".

La Meute, ces amis de la GRC et de l'Armée Canadienne, défenseurs de la laïcité maçonnique, ont le patriotisme fort envers la feuille d'érable morte qui pourtant, ramène soit à folie néo-libérale qui sévit depuis l'avènement de P.E.T, soit est en lien directe avec le racisme anglo-protestant, ce même racisme qui s'est échiné à nous rayer de l'amérique du nord, qui a contribué au génocide des amérindiens et des métis et qui ne représentent ni l'un, ni l'autre, les valeurs universaliste historique des canadien-français, directement issus de notre passé catholique bien ancré.

Les autres groupes, très minoritaires et déphasés par rapport à notre réalité géographique et migratoire, ne valent pas la peine que je m'y attarde plus. Disons seulement d'eux que ces groupes sont d'origine européenne (Finlande, Allemagne et Italie), souvent à tendance suprémaciste et fasciste, et que leur discours n'a d'échos que chez quelques radicaux de salon. Pour faire une brève distinction, certains parlent de "culture occidentale" et sont généralement des néo-conservateurs, d'autres de "culture chrétienne" et sont des conservateurs traditionnalistes et ceux qui parlent de "culture européenne" sont des néopaiens, à tendance plutôt fasciste.

Antifas québécois

Pour les antifascistes, qui je l'admet, ont tout à fait leur raison d'être aux États-Unis (comment ne pas être d'accord avec ceux qui contestent, même futilement, l'impérialisme
américain? Il n'est tout de même pas absurde de souhaiter du mal à son ennemi...), opèrent d'une toute autre manière au Québec. Chambre à échos de groupes de pression étatsuniens et européens, basés principalement dans certaines universités québécoises, ils n'hésitent pas à utiliser des méthodes qui ne sont pas sans rappeler celles de leurs ennemis mortel. Après avoir consulter certains militants issus de ce millieu, j'ai appris qu'il y aurait quatre groupes formant la force majeure des antifas que nous connaissons aujourd'hui, mais pas uniquement, tel que mentionné en introduction. La CLAC (Convergence des luttes anti-capitalistes), le Black Bloc, les RASH (Red Anarchists SkinHeads), et différentes associations étudiantes d'extrême-gauche en sont les principaux acteurs, et agissent plus ou moins de concert et de manière cohérente, sous le couvert de ce qu'ils appellent la "diversité des tactiques".

Grands importateurs de théories fumeuses, crécelles de la victimisation et inquisiteurs immodérés de la décence et du bon goût, les antifascistes se drapent dans leurs intentions
moralement (subjectivement serait plus à propos) supérieures pour s'en prendre ouvertement et en toute impunité à la population pour faire entendre leur message.

Implosion à l'horizon!

Bien que les groupes qualifiés d'extrême-droite que j'ai décris plus haut soient déplorables, je tiens à mentionner que les groupes d'extrême-gauche ne sont pas en reste. Nous avons pu constater, au cours des derniers mois, les actes de vandalisme et d'intimidation qu'ont subis certains commençants de la ville de Montréal, les passages à tabac (en groupe, bien évidemment) contre des citoyens et la censure qu'ils font subir à leurs rivaux politique et idéologiques, agissements qui n'ont aucunement leur place au Québec. Au moment d'écrire ces lignes, la plupart de ces groupes subissent de vives tensions au sein même de leurs rangs. Nous avons vu dernièrement la Meute imploser pour une raison plus ou moins obscure, dont nous obtiendrons de plus amples information tôt ou tard, et parmi les rangs de l'extrême-gauche, il m'a été possible de constater les crêpages de chignon auxquels s'adonnent les éléments les plus radicaux et les plus vocaux de ces groupes, ainsi que la perte immense de crédibilité dont sont sujets certains d'entre eux. Souhaitons qu'ils s'entre-déchirent jusqu'à l'annihilation totale, et que cette belle brochette de jambons retournent réfléchir à la légitimité de leurs idées et de leur application pratique.

Conclusion rapide pour un lecteur averti

Compte-tenu du climat actuel dans lequel se trouve notre monde et qui ne manque pas d'affecter le Québec, il est à propos d'offrir certaines pistes de solution sur la position réaliste qu'un Québécois doit adopter pour être cohérent et en phase avec notre réalité. Puisque le débat actuel est monopolisé par des groupes ayant une pertinence douteuse en ce qui nous concerne, il est de la plus haute importance qu'au milieu de tout ce capharnaum insupportable de bêtises et de mensonges, s'élève une voix qui saura, je l'espère, offrir des perspectives positives et encourageantes pour notre avenir commun.

NOTES DE BAS DE PAGE:

(1) http://www.lapresse.ca/actualites/national/201709/20/01-5135250-les-militaires-tenus-a-lecart-de-la-meute.php

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Action_antifasciste

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.