jtemplate.ru - free extensions for joomla

La réforme de l'islam ou la reproduction du schéma occidental pour un islam libéral-libertaire ?

samedi, 03 juin 2017 09:28
Evaluez cet article
(1 Vote)

Mike Deschamps et Tino

Cet article est une réponse à l’article de Noomane Raboudi « La réforme de l'islam est le meilleur moyen pour vaincre l'islamisme radical ».

Il y a réformer et réformer ! Doit-on rendre l'Islam compatible à la société de la marchandise occidentale ? Doit-on réformer l'Islam pour en faire une religion à la carte, le faire rejoindre les rangs des religieux compatibles au Capital ?

L'auteur écrit "Il nous appartient d'assumer la lourde responsabilité de laïciser l'islam". L'auteur n'a pas encore compris en quoi consiste la laïcité d’État : comme nous l'avons maintes fois expliqué au Bonnet, c'est la volonté de mettre sur le même pied d'égalité les religions allochtones et la foi historique du Québec (comme de la France) le catholicisme. La laïcité est donc précisément ce qui permet à l'islam politique de s'installer en Occident. L'absence d'une religion d’État ou d'une conviction religieuse forte dans nos sociétés occidentales n'est elle pas vue comme une "jâhilîya" aux yeux des islamistes ? " [i]  Le déracinement si mal vécu par "l'autochtone blanc" n'est donc pas du seul fait de l'islam ou de l'immigré.


Laïcité d’État, arbre qui cache d'ailleurs bien mal la forêt de tous les problèmes qui gangrènent les communautés ethniques liées à l'islam. Puisque le modèle ici prôné est calqué sur le modèle laïc français, prenons l'exemple de la France. Certains éléments des différentes communautés maghrébines qui s'y implantèrent par vagues successives après l'indépendance algérienne, n'étaient-ils pas touchés par le chômage et le manque de perspective, ne posaient-ils pas déjà des problèmes d'insécurité bien avant la réislamisation des banlieues par le biais des monarchies du pétrodollar qatarie ou saoudienne ? Quel que soit l'idéal auquel vous voulez intégrer le nouvel arrivant, que ce soit l'assimilation culturelle ou le laissez-faire inspiré par les Libertés anglo-saxonnes, lorsque vous ne contrôlez pas les vannes de l'immigration, vous aurez du mal, et nous manions l'euphémisme, à vous faire respecter sur vos terres. Ajoutez à ce plat déjà bien épicé un ingrédient plus relevé encore, la mentalité profondément tribaliste et identitaire (islam ou pas !) des populations importées (car c'est bien le terme), et vous obtenez un cocktail explosif.

Il faut par ailleurs savoir si l'on veut retirer le pouvoir temporel des mains de l'Islam pour le confier à la démocratie marchande que Debord qualifie de société du spectacle.

L'auteur évoque également "d'autres expressions, d'autres interprétations et d'autres visions de l'islam, différentes de celles des intégristes sont possibles [...] (et) beaucoup plus solubles dans la démocratie et dans la laïcité occidentale que l'islam wahhabisé". M. Raboudi a bien évidemment raison sur ce point, mais nous ne pouvons pas ne pas relever une erreur et une omission de sa part. L'erreur c'est la "laïcité occidentale", appellation ne correspondant à aucun concept précis. Il existe en effet deux visions de la laïcité : l'une française et antireligieuse qui influence toute la sphère francophone du Québec au Moyen-Orient, par l'intermédiaire des loges maçonniques progressistes françaises, et l'autre anglo-saxonne qui ne s'ingère pas dans les affaires de l’État. D'ailleurs la laïcité sous la forme française reste inconnue chez les Anglo-saxons.

Quant à l'omission, c'est de parler uniquement du fascisme islamique. Nous subissons pourtant, bel et bien, une autre forme de fascisme, celui du fétichisme de la marchandise qui détruit tout obstacle naturel et non naturel au Capital. C'est celui qui domine la société occidentale où les hommes sont devenus asservis au Capital. Sa qualité ? Se faire passer aux yeux de tout nouvel arrivant comme une liberté. Attention donc de ne pas tomber dans le piège de l'occidentalisme.

L'auteur poursuit "C'est pour continuer à contrôler nos vies et à confisquer nos libertés que les pseudo-théologiens islamistes détestent ces penseurs de lumière dans la civilisation arabe et musulmane. Ils continuent à les combattre en les taxant d'apostasie, car ils savent que leur pensée est capable de nous libérer du joug politico-confessionnel qu'ils nous imposent, qui empoisonne nos vies pendant qu'il les enrichit. " Qu'on ne s'y trompe pas : nous l'avions mentionné [ii], la philosophie des Lumières a été anticléricale, elle a permis le massacre de milliers de catholiques en France au nom des idées et de la raison. Elle ne libère pas, ou plutôt si, elle libère du joug politico-confessionnel mais elle conduit tout droit "ses croyants" vers la société libérale-libertaire tant voulue par le Capital. Il ne faut pas non plus oublier que les idéologies telles que le wahhâbisme servent aussi le Capital. Nos dirigeants n'éprouvent aucune vergogne à monter des affaires lucratives avec les régimes wahhâbites, ni même à leur fournir des armes et du financement.

Et M. Raboudi de prétendre que "l'Occident nous offre un environnement de liberté de pensée et des cadres d'études sophistiqués." Oui cher monsieur Raboudi, à condition de rester dans la matrice de la société du spectacle et de ne pas crier trop fort ses opinions politiques à contre-courant (pas uniquement à contre-Coran), sans quoi, la "démocratie" se transformera vite en dictature. Noyés sous les procès et les mises en demeure, d'honnêtes hommes comme Alain Deneault et Richard Le Hir peuvent en témoigner. Le monde libre ? Fumisterie ! Nous sommes asservis aux théocraties et aux "démocraties" marchandes qui se cachent autant sous des mensonges pour faire régner leur ordre par la marchandise. "Pourquoi ne pas les utiliser pour moderniser l'islam et le laïciser au lieu de professer aveuglement une foi pré-moderne"... parce que laïciser tuera l'essence même de l'Islam, comme Vatican II fait mourir à petit feu le christianisme. Plus personne ne s'élèvera contre l'usure dans cette partie du monde et le Capital n'attend que ça, ainsi il n'aura plus besoin de monter les musulmans les uns contre les autres. Il faut donc regarder dans une autre direction. Copier le modèle occidental mortifère reproduira le même schéma : perte de valeurs morales, destruction de la famille, promotion de la dégénérescence sur un fond de mal-être généralisé mal masqué par le climat de jouissance ambiant, asservissement au Capital.

Bref nous pouvons comprendre que l'auteur compare le totalitarisme d'un certain Islam aux autres religions vu ses origines mais il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. Si l'auteur est capable de sortir de sa condition, il comprendra que l'Occident ne représente pas non plus le paradis sur Terre et que l'asservissement peut prendre différentes formes, qu'il soit religieux ou autre.

[i] Mathieu Bock-Côté reçoit Mounia Ait Kabboura. Cette dernière décrit la "jâhilîya" comme étant la société de l'ignorance vue par les islamistes : http://www.lebonnetdespatriotes.net/lbdp/index.php/video/item/10930

[ii] http://www.lebonnetdespatriotes.net/lbdp/index.php/dossierslbdp/item/11442

1 commentaire

  • Lien Commentaire Francis Savonarole dimanche, 04 juin 2017 17:23 publie par Francis Savonarole

    Le retour à une religion d'État, en l'occurrence le catholicisme, impliquerait un retour strict à la morale chrétienne, la fin de la reconnaissance légale du concubinage, de la fornication, de l'homosexualité, des sex clubs, de l'échangisme, etc. En Occident nous sommes assez éloigné de cette morale.

Commentez avec Facebook