jtemplate.ru - free extensions for joomla

Le Jour du Souvenir, une autre arnaque à l’anglo-saxonne

mardi, 11 novembre 2014 09:55
Evaluez cet article
(9 vote)

Mike Deschamps

Le titre de cet article peut paraitre sévère et pourtant, le Jour du Souvenir (The Remembrance Day)  est une énième entourloupe du modèle anglo-saxon. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Armistice du 11 novembre s’est déroulée en l'année 1918, non pas en 1991, non pas en 2001, ni même en 2017.
L’Armistice c’est la fin de la première guerre mondiale, financée de tout bord, prolongée même par l’industrie de l’armement et les grands financiers de cette époque. Cette guerre aura eu pour conséquence d’envoyer quelques millions de jeunes hommes ( les catholiques ont subi une véritable épuration ) dans les tranchées pour finir à l’abattoir.

La propagande de guerre battra son plein, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. C’était le devoir patriotique, le fameux patriotisme dont se servait le pouvoir de l’époque, pour envoyer les civils à une mort certaine. La plupart des gens mordaient à l’hameçon et pour les récalcitrants en Europe, c’était la condamnation à mort. Ces jeunes hommes, tel un troupeau qu’on dirige vers l’abattoir, n’ont pas eu le choix de mourir pour le drapeau. Énorme respect pour ces gens qui ont fait preuve de courage.
C’est à ce moment qu'intervient la propagande anglo-saxonne. Le Jour du Souvenir, une arnaque qui fait croire que toutes les guerres se valent et que les soldats des récents conflits (après 1945 : par exemples la guerre du Golfe ou celle d’Afghanistan ) sont morts pour le drapeau. Ces derniers ne font pas exception. Les soldats « civils » de 1914 en Europe étaient de pauvres gens qui ont été dans l’obligation de faire cette guerre pour le plus grand bonheur des industriels, des oligarques et de la haute finance de l’époque. Les soldats « payés » des récents conflits sont, quant à eux, des mercenaires qui se battent pour ces mêmes intérêts. Rien n’a changé, ou plutôt si ces soldats sont maintenant payés pour faire le sale boulot. Plus aucune excuse aujourd’hui, ils ne peuvent pas dire qu’ils ne savent pas. Il y a assez de littérature historique pour que chacun puisse se cultiver et ainsi éviter de tomber dans le panneau.

Alors, ce 11 novembre, faudrait-il pleurer les morts de toutes les guerres ? Certainement pas ! Parions qu’il y ait encore des gens au sein de la population civile qui vont croire un Harper ou un Trudeau prétendant se battre pour la dignité humaine. À ce train-là,  nos jeunes dans le futur, ne sauront même plus que le 11 novembre correspond à l’année 1918. Reconnaître le Jour du Souvenir comme étant le jour où l’on doit pleurer les morts de toutes les guerres, c’est tomber dans le panneau des gouvernements anglo-saxons va-t-en guerre qui, grâce à cette propagande, pourront continuer à convaincre l’opinion publique de la nécessité d’envoyer des troupes pour se battre pour la démocratie, la liberté et la dignité humaine…
Le Jour du Souvenir c’est le moyen psychologique, de légitimer le besoin de faire des guerres.

Vive l’Armistice de 1918 !

3 commentaires

  • Lien Commentaire Francis samedi, 12 novembre 2016 22:24 publie par Francis

    @Julien

    Vous êtes le bienvenu et n'hésitez pas à le visiter aussi souvent que possible et à le faire connaître autour de vous.

  • Lien Commentaire Parabellum samedi, 21 novembre 2015 06:52 publie par Parabellum

    MERCI DE RÉTABLIR LA VÉRITÉ !
    http://youtu.be/z-yRaEYQNQs

  • Lien Commentaire Julien T. mercredi, 12 novembre 2014 12:29 publie par Julien T.

    Cest d'adon que je decouvre votre site hier, le jour du souvenir. Je suis un lecteur d'ER et je suis heureux de voir que nous avons des gens d'ici suivent la meme ligne.

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.