jtemplate.ru - free extensions for joomla

Des valeurs judéo-chrétiennes ?

samedi, 02 novembre 2013 16:00
Evaluez cet article
(6 vote)

Ray Y. Adamson 

Lorsqu’on discute de questions éthiques, il arrive souvent qu’une personne utilise l’expression pour le moins ambiguë de valeurs « judéo-chrétiennes ».

Le dictionnaire Larousse[i] lui donne la définition suivante « se dit des valeurs morales communes au judaïsme et au christianisme ». À priori, cette définition à l’air parfaitement raisonnable, mais se décompose rapidement lorsqu’on constate qu’il y a plusieurs dénominations chrétiennes et de toute évidence, les réformistes juifs sont très différents des ultra-orthodoxes épinglés par la Direction de la protection de la jeunesse en novembre 2013[ii]. Du point de vue catholique francophone il est assez difficile d’imaginer comment les valeurs du culte mosaïque puissent s’assimiler à celles promues par le Christ. Qui dit valeurs dit aussi vision du monde et c’est là que la confusion entretenue par les expressions trompeuses peut nous mener à l’impasse.

Essayons de s’en sortir en remontant à la source des valeurs communes : les dix commandements. Selon le Vatican[iii] :

Le mot " Décalogue " signifie littéralement " dix paroles " (Ex 34, 28 ; Dt 4, 13 ; 10, 4). Ces " dix paroles ", Dieu les a révélées à son peuple sur la montagne sainte. Il les a écrites " de son Doigt " (Ex 31, 18 ; Dt 5, 22), à la différence des autres préceptes écrits par Moïse (cf. Dt 31, 9. 24). Elles constituent des paroles de Dieu à un titre éminent. Elles nous sont transmises dans le livre de l’Exode (cf. Ex 20, 1-17) et dans celui du Deutéronome (cf. Dt 5, 6-22). Dès l’Ancien Testament, les livres saints font référence aux " dix paroles " (cf. par exemple Os 4, 2 ; Jr 7, 9 ; Ez 18, 5-9). Mais c’est dans la nouvelle Alliance en Jésus Christ que leur plein sens sera révélé.

Tout le monde peut en réciter quelques-uns, par exemple « tu ne tueras point » ou « tu ne commettras pas d’adultère », dalleurs les lois de tous les pays ont incorporé ces « paroles » de Dieu (en criminalisant le meurtre et le vol) et la culture populaire et sociale se charge des autres – par exemple, bien que l’adultère n’est pas contre la loi, il est mal vu par son entourage de tromper sa femme, et une telle action mène rapidement à la rupture du couple. Voici les dix commandements[iv]:

1-     Je suis Yahvé, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude. Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi. Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car moi Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent, mais qui fais grâce à des milliers pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements. (Ex 20:1 à 20:6)

2-     Tu ne prononceras pas le nom de Yahvé ton Dieu à faux, car Yahvé ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux. (Ex 20:7)​

3-     Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier​. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est un sabbat pour Yahvé ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en six jours Yahvé a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour, c'est pourquoi Yahvé a béni le jour du sabbat et l'a consacré. (Ex 20:8 à 20:11)

4-     Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent tes jours sur la terre que te donne Yahvé ton Dieu​. (Ex 20:12).

5-     Tu ne tueras pas. (Ex 20, 13)​

6-     Tu ne commettras pas d’adultère. (Ex 20:14)

7-     Tu ne voleras pas. (Ex 20:15).

8-     Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain. (Ex 20:16)​.

9-     Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain. (Ex 20:17 - Les 9e et 10e commandements se dédoublent. Pour les catholiques, le 9e commandement proscrit la concupiscence charnelle)​

10-     Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain. (Ex 20:17 - pour les catholiques, le 10e commandement interdit la convoitise du bien d'autrui)​.

Dans la société occidentale d’aujourd’hui, il est clair que les dix commandements ne sont plus la base des valeurs judéo-chrétiennes – car les trois premiers commandements se rapportent davantage à l’amour de Dieu et nos sociétés occidentales ont pris leurs distances à l’égard du sacré. Considérons alors les sept autres, qui se rapportent à l’amour du prochain. Prenons ces valeurs et faisons l’exercice d’étudier si elles s’appliquent ou sont promues par le judaïsme, le christianisme ou les deux.

Simplifions la tâche en groupant les concepts. On trouve le respect des parents et hiérarchie, de la vie et de la propriété d’autrui, la justice (son exercice et le combat personnel y menant), la franchise et la pureté. Tout cela se résume par l’amour pour autrui. Bonté, charité, paix, harmonie, courage, espérance – ce sont des valeurs bien chrétiennes mais ne font pas partie du décalogue, donc pas judéo-chrétiennes. Cela ne veut pas dire que des Juifs ne peuvent pas faire preuve de courage, ou que des Chrétiens sur le plan individuel sont tous des agents de la paix. On parle de valeurs communes selon la seule source de valeurs commune qui existe.

Le monde francophone occidental se retrouve certainement dans les valeurs énumérées ci-dessus, par la culture religieuse mais aussi car il se réclame de l’hellénisme, vecteur de ces mêmes valeurs (parmi d’autres) – loyauté, honneur, l’importance de la famille, justice, sagesse, courage et tempérance[v]. En lisant les sages Grecs et les épiques et avec une connaissance de l’enseignement du Christ, il est facile de retrouver les valeurs chrétiennes de la société occidentale d’aujourd’hui. On ne pourrait pas dire autant du judaïsme actuel. Celui-ci bénéficie d’un système de valeurs bien défini par le texte sacré du Talmud qui contredit toutes les valeurs énumérées lorsque « son prochain » n’est pas juif. Maïmonide est très clair à cet effet :

« Quant aux gentils avec qui nous ne sommes pas en guerre […] il ne faut pas causer leur mort, mais il est interdit de les sauver s’ils sont en danger de mort ; si, par exemple, on voit l’un d’eux tomber dans la mer, il ne faut pas se porter à son secours, car il est écrit : « et tu ne mettras pas contre le sang de ton prochain » – mais il [le gentil] n’est pas ton prochain[vi] et [vii]. »

Un autre facteur est l’histoire vécue en Israël, qui prétend être le foyer national juif. Un grand nombre de Juifs ne vivent pas dans le pays du sionisme et pourraient prétendre ne rien avoir avec ce qui se passe là-bas. Cependant, toute critique d’Israël, ses agissements contre les indigènes du territoire qu’il occupe et les politiques envers les pays voisins mérite au malheureux qui la profère une cinglante accusation d’antisémitisme de ces mêmes Juifs de la diaspora. C’est à travers cette attitude hypocrite qu’on voit que la solidarité tribale transcende les valeurs écrite par le doigt de Dieu chez les Juifs du quotidien. C’est précisément à cause du soutien inconditionnel à Israël, pays où un religieux peut invoquer laHalakha le jour du Sabbat pour se soustraire aux lois[viii], qu’il est justifiable de considérer les valeurs de judaïsme à travers le prisme de l’occupation sioniste.

Dès que l’on constate le silence et l’assentiment des Juifs de la diaspora sur les crimes israéliens et que l’on constate que pour eux toute critique prend racine dans l’antisémitisme, on peut alors examiner les valeurs susmentionnées avec plus de clarté. La propriété des Palestiniens a été volée par la force et le mensonge. L’amour, le respect et la dignité ne s’appliquent pas aux Palestiniens (ni aux Juifs éthiopiens en passant). Il suffit de passer deux minutes dans la bande de Gaza pour constater que la vie d’autrui n’est pas respectée par l’état sioniste, qui accorde la citoyenneté selon un critère raciste :

« 4.B Pour les besoins de cette loi, "un Juif" désigne une personne née d’une mère juive ou convertie au judaïsme et qui n'est pas membre d'une autre religion »[ix].

La conversion étant rarissime et très difficile, le seul critère réel est le sang.

L’universalisme chrétien veut que toute personne désirant se joindre à l’église soit la bienvenue. À cela le judaïsme – culte dont il est enseigné que les Juifs sont un peuple élu par Dieu – oppose la fermeture au monde extérieur. Une appartenance transmise par le sang d’un peuple autoproclamé supérieur – quelle différence avec la fraternité chrétienne! C’est ainsi qu’il faut considérer la question des valeurs : en opposant l’amour de son prochain avec la séparation de l’autre. Vu ainsi, l’expression « judéo-chrétienne » perd tout son sens. Il serait préférable de parler simplement de valeurs chrétiennes.

 

Sur le même sujet, Le bonnet des patriotes vous propose: Des vœux de Pâques creux en sincérité et en sens

 

[i] Rechercher l’expression “judéo-chrétien” ici: http://www.larousse.fr

[ii] http://www.radio-canada.ca/regions/ontario/2013/11/28/006-lev-tahor-gard...

[iii] http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P73.HTM

[iv] Je cite l'Exode, chapitre 20, de la Bible de Jérusalem, sans résumer ou couper le texte

[v] Tiré de mes lectures d’Homer

[vi] Lévitique, 19:16

[vii] Maïmonide, Mishneh Torah, « Lois sur les meurtriers » 2, 11

[viii] Se référer livre d’Israel Shahak « Histoire Juive - Religion Juive : Le poids de trois millénaires »

[ix] http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_du_retour

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les derniers dossiers à lire...