jtemplate.ru - free extensions for joomla

Les Judéens et l'«apport» de la pornographie

lundi, 15 juin 2015 09:15
Evaluez cet article
(1 Vote)

Nous avons le droit et le devoir de remercier le Juif émancipé par la glorieuse Révolution Française de nous avoir débarrassé la névrose chrétienne imposée à nous, Européens, par une Rome christianisé, et ce par son invention la plus bénéfique au genre humain dans sa totalité et son universalité : la pornographie.

En Amérique, beaucoup de marchands de littérature érotique entre 1890 et 1940 étaient des Juifs immigrés d’origine allemande. Al Goldstein, né en 1936, pionnier et gros producteur pornographie, éditeur de  » Screw Magazine  » ne déclarait-il pas : « la seule raison pour laquelle les Juifs sont dans la pornographie consiste en ce que nous croyons que le Christ c’est de la m… (Grossièreté). Le catholicisme c’est de la m…. (re-grossièreté) Nous ne croyons pas dans son autorité. La pornographie devient ainsi une façon de souiller la culture chrétienne et, comme elle pénètre au cœur même du courant dominant américain elle en devient plus chargé…... » Quel magnifique exemple de combat contre le poison chrétien! Tout païen ne peut que se sentir touché par tant de conviction. Reuben Sturman, le grand-père du porno américain, était un généreux donateur à des œuvres de charités juives. Après-guerre, le pornographe le plus connu de l’Amérique était Reuben Sturman, le ‘Walt Disney de pornographie » selon l’appellation du Ministère de la Justice américain.

Pour quelqu’un comme moi, peu gâté physiquement par la Nature, l’avènement de la pornographie par les juifs dans la civilisation européenne marqua une date panhistorique. La pornographie, sous toutes ses formes, devint un élément constitutif de mon néo-paganisme et peut-être même, en bien des domaines, son facteur dominant. Prenez, dans celui-ci, le mythe de la déesse-vierge guerrière. L’intellect — ai-je besoin de le dire ? — et la vanité qui m’est innée, en donna une interprétation essentiellement différente : mais l’instinct sexuel s’attesta plus pénétrant que l’intellect; et dès lors je sublimai mon impuissance sexuelle en faisant de Sylvie Tomčalová, dite Sylvia Saint, la déesse Baubô, cette créature magique sans tête, dont les yeux se trouvaient à la pointe des seins et à qui la vulve tenait lieu de bouche, et dont la sagesse parlait par cette fente envoûtante, résurgence du paganisme eurasiatique qui serait la nouvelle égérie des préfectures de l’Europe-Nation.

Il demeurera donc, pour nous les sous-membrés, une reconnaissance éternelle, inaltérable, une affection charnelle pour les enfants d’Israël sans qui je n’aurais jamais pu avoir une sexualité virtuelle aussi satisfaisante qu’équilibrée, du fait de l’extravagante prétention d’ecclésiastes pédophiles d’interdire aux adultes européens ce qu’ils accordent sans réserve aux règnes animaux et végétaux. Et, tant que durera ma vie, je brandirai sans relâche le glaive de ma plume, et léverai sans trêve le bouclier de mon clavier, dans une défense sans faille des interêts sionistes dans l’industrie civilisationnelle pornographique.

Source : leblogthomasferrier.wordpress.com

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

Décryptages par thème

  •