jtemplate.ru - free extensions for joomla

Une quête perpétuelle d'indépendance sans possibilité de libération

samedi, 02 decembre 2017 13:09
Evaluez cet article
(0 vote)

 

Gilles Verrier

En choisissant pour titre de son livre «Égalité ou indépendance», Daniel Johnson avait fort bien vu. À cinquante ans de distance la formule n'a rien perdu de son actualité. Malheureusement son approche confiante, qui interpellait le Canada posément pour lui rappeler que nous sommes du bon coté du droit et de la justice, un rappel que n'aime pas le Canada, n'aura pas connu d'échos durables. Le Canada, qui n'en manque pas une pour se draper d'une fatigante supériorité morale, n'aime pas qu'on lui renvoie la patate chaude en pleine gueule. C'est ce que faisait Johnson avec sa formule lapidaire.

Le Canada ne pouvait apprécier qu'on le mette au défi d'assurer l'égalité promise dès les premières délibérations constitutionnelles de 1864 entre les fondateurs, les « descendants des vaincus »(1); et les occupants venus ensuite, les deuxièmes «fondateurs» et usurpateurs, qui se superposèrent aux premiers.

Si le deuxième Canada, parangon de vertu devant l'éternel, n'aime vraiment pas qu'on le fasse suer, cela tombe bien car les rapports de domination semblent très difficiles à décoder chez les colonisés. C'est donc un « match » parfait ! La politique autonomiste québécoise ne cesse de nous alimenter par de nouvelles illustrations de son caractère inoffensif et domestiqué. La simple exposition des rapports de domination dans le débat public, notamment dans les élections provinciales, est un cas de conscience insurmontable. Faut-il se surprendre que, mis à part Johnson, et quelques figures d'exception dans la bourgade, le dévoilement de cette relation dans toute sa splendeur inégalitaire n'a jamais fait école ?  Mettre le Canada au pied du mur, le pousser à la défensive, l'obliger à réagir en l'amenant sur notre terrain, indisposer le colosse aux pieds d'argile n'a jamais été le fort des premiers ministres qui suivirent Johnson, y compris ceux de son propre parti, et pas davantage à ce jour du coté d'Option nationale et du Parti québécois. Me faut-il rajouter Québec solidaire ?

La façon de Johnson était une application de la règle qui veut que la meilleure défense c'est l'attaque. On a vécu tout le contraire. Le slogan du référendum de 1995, «Oui, et ça devient possible» est désarmant de naïveté, mais préparait très bien le catastrophisme de la défaite par son inversion : Non, ça devient impossible. Les maîtres du jeu ne veulent pas. (2)

Et si on se donne la peine de poursuivre avec les slogans électoraux du Parti québécois au fil du temps, il serait difficile pour un observateur étranger parachuté au Québec de s'imaginer que «nous sommes en guerre», pour paraphraser un représentant de la garde zouave du camp fédéral. Voici la liste de nos meilleures saillies « indépendantistes ». Elles ne feraient pas de mal à une mouche, c'est comme si elles avaient été formulées pour être justement inoffensives.

Liste partielle des slogans électoraux du Parti québécois 
2014

Plus prospère, plus fort, plus indépendant, plus accueillant
2012
À nous de choisir
1998
J'ai confiance
1994
Une autre façon de gouverner
1981
Faut rester forts au Québec
1976
On a besoin d'un vrai gouvernement (On mérite mieux que ça)

À lire ces slogans, qui pourrait croire qu'un conflit national larvé et occasionnellement ouvert traverse ce territoire ? Personne ! Une vérité de l'oppression nationale bien maquillée par les agences publicitaires auxquelles nos PQ-ON ont donné le mandat de «gagner les élections». Mais ce ne sont pas ces agences qui sont responsables, n'est-ce-pas ? 
 
Et pour ceux qui penseraient qu'Option nationale se démarque du PQ  : 

Liste des slogans électoraux d'Option nationale
2012

ON peut mieux pour le Québec
2014
Oui ou non, entreprendrez-vous un référendum dans le prochain mandat pour un Québec indépendant?

 
Quelles niaiseries pour un parti tout juste créé et qui n'avait rien à perdre !

Aparté. Pour André Racicot, ON « nous sert une désopilante fricassée linguistique, sous forme de question à Mme Marois. Cette question du chef Sol Zanetti est renversante sur le plan linguistique. Elle montre que le français au Québec, avec des amis pareils, n’a vraiment pas besoin d’ennemi.

En français : Organiserez-vous un référendum sur l’indépendance du Québec au cours du prochain mandat? »

http://andreracicot.ca/les-slogans-electoraux/


Mais on ne chipotera pas sur la qualité du français d'Option nationale. Allons tout de suite à l'essentiel. Rien ne distingue ON du PQ dans leurs efforts pour maquiller le conflit national qui divise les «descendants des vaincus» et les maîtres du jeu depuis 150 ans. Également sibyllins, se gardant bien d'interpeler les gardiens de la prison constitutionnelle, aucun des slogans présentés aux Québécois par le PQ ou ON ne peut rivaliser avec l'éclairante et simple vérité,  celle de Daniel Johnson qui titrait : Égalité ou indépendance.
 
Que font-ils ? Que font ces autonomistes moroses, déprimés ou épuisés ? Au lieu de dévoiler les rapports de domination dans leur nudité ils se consacrent à la pédagogie. Ils oublient que ce qui aurait dû faire école n'a jamais été repris, mais on se donne néanmoins des missions de pédagogues.
 
Le projet de modifier le statut constitutionnel du Québec n'a été qu'une suite de levées de rideaux sur une comédie burlesque peuplée de prestidigitateurs qui s'affairent à éviter la lutte politique en accusant le peuple de ne pas avoir suivi. Un jugement qui est d'ailleurs totalement faux. Ce sont les chefs qui ont lâché le morceau, quatre fois en cinquante ans. L'élite missionnaire respectable de notre peuple de jadis est devenue, grâce au progrès, l'élite démissionnaire d'aujourd'hui. D'où l'obligation de la pédagogie des soins de fin de vie, une pédagogie sans objet, confinée à la bourgade, tel le mythe de Sisyphe, une quête perpétuelle d'indépendance sans possibilité de libération.    
 
__________________________
1. Les «descendants des vaincus», expression employée souvent par le principal père fondateur de la Confédération, George Brown, pour décrire l'identité de ceux avec qui il négociait l'accord constitutionnel de 1867. Dans les termes des constituants, les promesses faites et les accords passés le furent avec les «descendants des vaincus». Or, les «descendants des vaincus»,  expression que nous pouvons considérer comme faisant partie de notre identité constitutionnelle, ont voté majoritairement en faveur du référendum de 1995.
2. «Au PQ, on ne s'était pas cassé la tête pour concevoir le nationalisme du vingt et unième siècle. On ne s'était pas non plus donné la peine de traduire la défaite de 1995 comme le résultat d'une agression fédérale pure et simple et la défection de Parizeau, comme la basse désertion d'un membre de sa bourgeoisie entrelardée. Sortie de scène d'autant moins perceptible qu'elle était accomplie par un homme dont la sincérité et les efforts ne sauraient être remis en doute, mais d'autant plus catastrophique qu'elle interdit justement la conception d'un après 1995 autrement que sous les formes spectrales de Lisée et consorts. Alors qu'il détenait le pouvoir, le PQ a toujours préféré vénérer la moralité vide à l'intérieur du fédéralisme plutôt que de mettre à mal l'ordre constitutionnel unitaire.»
(NAÎTRE COLONISÉ EN AMÉRIQUE, Christian Saint-Germain, 2017, pp 83-84)
 

Commentez cet article

Ces informations sont requises (*). Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.

Décryptages par thème

  •