jtemplate.ru - free extensions for joomla

La Laïcité, mère porteuse de l’islam ?

mardi, 11 juillet 2017 11:52
Evaluez cet article
(0 vote)

Père Michel Viot & Odon Lafontaine : La Laïcité, mère porteuse de l’islam ? Préf. par Rémi Brague. Éditions Les unpertinents, 2017. 281 p. ISBN : 979-10-97174-00-2

Richement documenté et annoté (392 notes et références de bas de page), ce livre a pour objet de «décrypter les fondements des projets portés par la Laïcité et le Progrès d’une part, et par l’islam d’autre part, ainsi que l’imbrication de leurs dynamiques» (p. 24).
Une première partie («Le saccage de la laïcité chrétienne» p. 35-121) étudie l’historique de la notion de laïcité et des relations entre l’État et l’Église en France, de Philippe le Bel et Boniface VIII (fin du 13e siècle) aux conséquences de l’affaire Dreyfus (1898). Les fondements des Lumières et leur messianisme décrits en détail annoncent «La mort programmée du christianisme» (p. 91-121). Des écrits de Voltaire et Rousseau sont largement cités et contextualisés.

La deuxième partie («L’islam des Lumières», p.125-213) est un résumé de l’évolution de la pensée politique en islam, démontrant plusieurs points communs entre les messianismes laïques et  musulmans ainsi que leurs échecs à les mettre en œuvre et les réactions extrêmes découlant des frustrations engendrées.

La troisième partie (qui reprend le titre de l’ouvrage sous une forme affirmative, p. 217-264)  interprète notre époque et devrait être celle qui suscitera le plus de discussions et de débats certainement animés : le manque de recul historique empêche de distinguer ce qui n’est qu’ un épiphénomène de ce qui aura des répercussions durables. La section «L’islam dans le grand jeu mondial» précède «L’islam en Occident», avant d’arriver à une conclusion suivie de quatre pages de bibliographie reprenant principalement des titres publiés entre 2005 et 2016.

En ce qui concerne le dialogue islamo-chrétien, qui n’est certes pas le sujet du livre, il semble souvent sous-jacent mais est mentionné assez explicitement dans la conclusion et en ces deux endroits :

p. 255 : «[…] et l’influence de penseurs occidentaux ou occidentalisés de l’islam qui n’en présentaient qu’une image ésotérique, gnostique et compatible avec les nouvelles espérances (Louis Massignon, Henri Corbin et leurs disciples), ont achevé de refermer le couvercle de la boîte noire dans laquelle on maintient l’islam depuis — un certain esprit iréniste prévalant depuis dans le dialogue intereligieux empêchant de plus que les chrétiens ne l’ouvrent».

p.256 : «Par ignorance et par idéologie, on a voulu faire entrer les musulmans et l’islam dans une Laïcité formatée pour émasculer et faire disparaître le christianisme».

Dans leur conclusion, les auteurs insistent pour «que l’espérance absolue ne devienne pas une espérance politique […], qu’elle ne devienne pas totalitaire» (p.266), et il revient aux chrétiens d’aider le monde à mettre en question ses messianismes et à comprendre qu’il ne viendra pas au bout du mal par lui-même, et d’aider les hommes à s’accepter et s’aimer les uns les autres, et à remettre l’Argent à sa place de serviteur.

Concernant la laïcité en France, ils ne manquent pas non plus de clarté :

«[…] demander à ce que cesse en France au plus vite l’hypocrite régime de la Laïcité. La logique libérale dont procède cette dernière a en effet montré son incapacité à prendre en charge la nature humaine. Elle ne peut faire « vivre ensemble » des espérances politiques universalistes rivales et incompatibles, et ce d’autant plus qu’elle est elle-même, sous la forme de la Laïcité, une religion politique absolue.» (p.267)

Un livre à lire donc, surtout si l’on est intéressé à la fois par le rôle de la laïcité dans la société française et par la problématique de la position de l’islam dans l’État. Sans vraiment apporter de réponse, il pose clairement certains problèmes de fond et montre l’incongruité de vouloir instaurer un «Islam de France».

Sans être d’accord avec toutes les opinions des auteurs ni avec un certain nombre d’expressions peut-être inutilement blessantes pour des lecteurs musulmans, je conseille vivement la lecture de ce livre!

Source : arcre.org

1 commentaire

  • Lien Commentaire Francis Savonarole jeudi, 13 juillet 2017 09:56 publie par Francis Savonarole

    La meilleure réponse à l'Islam c'est de pratiquer sa religion, de se repentir de ses péchés, de se convertir réellement au lieu de se vautrer dans la lâcheté et le vice comme le font trop de soi-disant "catholiques". Cessons de s'accrocher à ses mauvaises moeurs comme excuse pour ne pas être un vrai chrétien.

    Tôt ou tard nous en paierons le prix lors du jugement de Dieu.

Commentez avec Facebook

Décryptages par thème

  •