jtemplate.ru - free extensions for joomla

Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 8)

samedi, 23 juin 2018 11:51
Evaluez cet article
(1 Vote)

Victor  Rumilly

Le personnalisme a été conceptualisé par des mouvements sympathiques au socialisme ainsi qu'aux politiques « de gauche » chrétienne. Il est une forme de thomisme adapté à la modernité.

À partir du début des années 60, le thomisme disparaîtra totalement du cursus de plusieurs universités. Le « profane » que chérissait Jacques Maritain sera réutilisé au détriment du sacral. La chrétienté profane censé jeté les bases nouvelles du christianisme profanera en effet le christianisme, mais sans qu'on puisse apercevoir le début d'une renaissance. Entre les mains de clercs mal avisés ou carrément malveillants la profanation que prônait Maritain apparaît infâme ou trudeauiste. Les années 60 laisseront toute la place à l'humanisme bourgeois anthropocentrique que craignaient Maritain et autres personalistes chrétiens. Les droits de l'homme qu'on pourrait confondre assez facilement avec les droits de la personne, ne laissent pourtant aucune place aux droits de la personne (voir première partie)

Le personnalisme aura séduit la gauche catholique parce qu'elle était une alternative au libéralisme, au fascisme et au communisme. Au libéralisme, on attribuait l'exploitation outrancière d'ouvriers, notamment dans les mines, les usines de montages, les ateliers de couture, etc. La dénonciation fut tout particulièrement valable suite au Krach boursier retentissant de 1929. Au fascisme, on attribuait l'attitude belliqueuse et militaire des régimes, en plus de son gallicanisme, autrement dit, son attache trop importante à un État tout puissant au détriment de l'influence cléricale ou ponctificale. Au communisme, on attibuait la condamnation du spirituel de tous les cultes pour le remplacer par un matérialisme réduisant l'homme à une simple unité de production permettant l'aboutissement d'un plan quinquennal. Jacques Maritain décrit ses trois conceptions politiques comme totalitaires (expression utilisé par Maritain en 1936, bien avant Hannah Arendt), parce qu'elles accordent le contrôle des hommes uniquement et totalement aux hommes d'état. Autrement dit, le temporel et le spirituel ne sont qu'affaire d'état et rien d'autre. Même le Royaume de Dieu est laïcisé, dirait Maritain.

Conclusion

Aux États-Unis, il faut voir en ces influents thomistes venus de Louvain, de Paris et de Rome comme des gens qui ont été utilisés afin d'amolir la très rigide morale protestante, puritaine. La condition humaine pécheresse sans rédemption possible sur terre freinait l'ouverture requise au mondialisme. Au Québec, il faut percevoir le thomisme comme un moyen de décléricaliser. Comme disait Pierre Hillard (6) « dans la religion universelle et dans l'objectif de la synagogue, il faut impérativement détruire le prêtre […] Le prêtre éliminé, l'unique sacerdoce sera le peuple juif, peuple de prêtre. » L'idée a été de rendre les clercs à l'image des pharisiens des Évangiles. Groulx est partie prenante de l'étatisation, donc, de la déclaricalisation du Québec... au profit de pharisiens pourtant québécois. Il est ainsi en partie responsable de la transformation de nos prêtres en pharisiens. Ces derniers sont les prêtres du mondialisme. Ceux qui donnent des attributs de Dieu aux hommes verront en ce Dieu de Groulx un homme en contrôle de tout son héritage, de toute la portée de ses décisions, alors que ceux qui croient en une transcendance divine verront un Chanoine Groulx mortel mais transcendant son époque qui a fait avec son époque, sans connaître toutes les conséquences de ces consignes. Les athées le condamneront ou le loueront pour de mauvaises raisons, les croyants le respecteront malgré tout.

Il ne faut ni condamner ni discriditer ou se détrourner de la philosophie thomiste parce qu'elle fut une trait d'union entre le libéralisme anglo-saxon et le mondialisme. Dans l'absolu, la pensée thomiste n'a été, au Québec, surpassée par aucune philosophie depuis qu'elle n'est plus enseignée. Les signataires de la Déclaration universelle des droits de l'homme n'étaient d'ailleurs aucunement catholiques et n'étaient aucunement thomistes. S'il y eut, pour la Déclaration universelle des droits de l'homme, inspiration au sein de la pensée catholique ou thomiste, il n'y eut pas application respectueuse, scrupuleuse. S'il y a un problème de philosophie, il faudrait regarder ailleurs (chez les juifs et les Anglo-protestants par exemple). Ces derniers aimèrent le thomisme parce que cette pensée leur permettait de se décoincer le cul, ce qui était déjà fait chez les latins catholiques. Il est simplement plus facile pour un thomiste ou quelqu'un qui a été influencé par le thomisme d'encaisser le mondialisme avec le sourire. La pensée thomiste est donc, malgré elle et dans toute sa naïveté bienveillante, le lubrifiant doctrinale qui rend acceptable le dépucelage forcé par le mondialisme vis-àvis nos esprits fixés sur nos pratrimoines respectifs... mais demeure tout de même une philosophie d'une hauteur d'esprit qui, enseignée honnêtement aux jeunes québécois, leur donnerait des armes rigoureuses pour prendre leur place dans ce monde complètement fou.

 

(6) https://www.egaliteetreconciliation.fr/Entretien-avec-Pierre-Hillard-26243.html (9 m 24)

Barré, Jean-Luc Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du ciel, 2012, Perrin, collection tempus, P 648.

Blais, Martin, L'autre Thomas d'Aquin, 1993, Boréal compact, P.316

Claude-Henri Grignon. Olivar Asselin, le pamphlétaire maudit. Sous la direction de Pierre Grignon. Préface de Victor-Lévy Beaulieu. Trois-Pistoles, Éditions Trois-Pistoles, 2007. 342 p.

Maritain, Jacques Humanisme intégral, problèmes temporels et spirituels d'une nouvelle chrétienté, préface de René Rémond, 2000, Aubier, Paris. P. 317

Michel, Florian, La pensée catholique en amérique du Nord, Réseaux intelectuels et échanges culturels entre l'Europe, le Canada et les États-Unis (années 1920-1960), 2010, Desclée de Brouwer. P 630

Florian Michel rencontre Louis Cumming's sur les ondes de KTO : https://www.youtube.com/watch?v=FHwHFtdQjtA

 

 

Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 1)

Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 2)
Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 3)
Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 4)

Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 5)

Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 6)


Les droits de l'homme, Lionel Groulx et leur temps (Partie 7)

Ajouter un Commentaire

Veuillez noter que votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un administrateur du site. Attention : Cet espace est réservé à la mise en perspective des articles et vidéos du site. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct. Aucune forme de haine ou de violence ne sera tolérée.


Code de sécurité
Rafraîchir